Les pharmacies indépendantes luttent pour leur survie

GenèveSous la pression de Berne, le prix des médicaments baisse très vite. Trop pour les officines indépendantes. Les groupes, eux, grandissent.

Les groupes grandissent et rachètent des enseignes indépendantes. Pharmacie Principale, dont David Conne (à gauche) est le directeur et Jean-Philippe de Toledo (droite) le président, ouvre une officine à la rue de Coutance.

Les groupes grandissent et rachètent des enseignes indépendantes. Pharmacie Principale, dont David Conne (à gauche) est le directeur et Jean-Philippe de Toledo (droite) le président, ouvre une officine à la rue de Coutance. Image: Maurane di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des travaux. A la rue de Coutance, où Pharmacie Principale ouvre cette semaine un magasin. A Balexert, à La Praille, où d’autres officines sont en rénovation. Jusqu’à peu à Chavannes-de-Bogis. Pharmacie Principale vient d’y ouvrir une boutique, la première hors du canton.

A la rue de Carouge, aussi. La chaîne Amavita y renforce un de ses maillons et en ferme un autre. Son propriétaire, le groupe Galenica, recense 33 pharmacies à Genève, deux de plus qu’il y a un an. Quant à Pharmacie Populaire, la coopérative a racheté deux maisons indépendantes cette année, à la rue Voltaire et au Petit-Lancy. Tous ces concurrents s’accordent sur un point: ils veulent continuer de grandir en 2015. A un rythme sans précédent.

Racheter les indépendants

Le nombre de pharmacies croît: il y en a 171 dans le canton, une cinquantaine de plus qu’au début des années 1980. En Suisse, on en recensait l’an dernier 1744, contre 1692 en 2006. Les pharmaciens n’ont pourtant pas le sourire, loin de là. Car si les conglomérats se développent, c’est pour faire des économies d’échelles qui s’effectuent au détriment des petits établissements. Eux souffrent: selon l’institut KOF, un cinquième des pharmacies en Suisse sont «gravement menacées dans leur existence» et une sur trois n’est pas rentable.

Les pharmaciens pointent du doigt la politique d’Alain Berset. Le conseiller fédéral fait diminuer à un rythme record les tarifs des médicaments remboursables dans le cadre de la Loi fédérale sur l’assurance-maladie (LAMal) pour diminuer les coûts de la santé. «Les prix ont diminué de 20% en trois ans, depuis qu’Alain Berset est en charge de la santé à Berne. C’est autant que pendant les quinze années sous Ruth Dreifuss, Pascal Couchepin et Didier Burkhalter», s’inquiète Jean-Philippe de Toledo, président de Pharmacie Principale. Les médicaments remboursables représentent en moyenne la moitié des affaires d’une pharmacie, un chiffre qui tend à grimper quand on quitte les centres urbains, où se concentre une plus grande proportion d’indépendants. Ces derniers sont du coup encore plus touchés.

Les ventes croissantes sur Internet et le tourisme d’achat, virulent à Genève, viennent encore davantage mettre la pression. Les pharmaciens doivent donc s’adapter d’autant plus vite. Trop rapidement pour les indépendants, selon plusieurs observateurs.

Développement dans nos éditions papier, électronique et tablettes du lundi 22 septembre. (TDG)

Créé: 22.09.2014, 11h02

Articles en relation

Google s'attaque aux pharmacies illégales en ligne

FRAUDE Google a accepté de payer au moins 250 millions de dollars pour aider à lutter contre les pharmacies en ligne vendant illégalement des médicaments. Plus...

Des pharmacies auront leur médecin de garde, via webcam

Suisse A partir d'avril, 200 pharmacies en Suisse pourront proposer à leurs clients de consulter un médecin via vidéoconférence. Plus...

La pharmacie en ligne passe à l’offensive

Santé Une société thurgovienne de vente de médicaments par voie postale tente une percée sur le marché genevois Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...