Passer au contenu principal

La pénurie de cash plonge l’Inde dans le chaos

Pour lutter contre la fraude, les billets de 500 et 1000 roupies ont été remplacés. Mais les tricheurs s’en sont rapidement accommodés

C’est la cohue dans une banque de Jammu, capitale d’hiver de l’Etat du Jammu-et-Cachemire (nord de l’Inde). On y vient pour échanger les coupures devenues caduques.
C’est la cohue dans une banque de Jammu, capitale d’hiver de l’Etat du Jammu-et-Cachemire (nord de l’Inde). On y vient pour échanger les coupures devenues caduques.
EPA

Le plan était presque parfait. Le premier ministre indien, Narendra Modi, a annoncé le mois dernier, sans préavis, le remplacement des grosses coupures afin de combattre l’argent noir et la corruption.

Quatre heures après sa décision, au début de novembre, les billets de 500 et 1000 roupies (7 et 14 francs), soit 86% du papier-monnaie et les devises préférées de ceux qui fraudent le fisc, sont devenus sans valeur. Caducs. Impossible de les échanger contre les nouvelles coupures de 500 et 2000 roupies dans les banques. Et ceux qui déposeront de grosses sommes attireront l’attention des services fiscaux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.