Passer au contenu principal

IndustrieUn bénéfice en recul oblige Oerlikon à se réorganiser

Le groupe technologique schwytzois a vu son bénéfice net reculer à 43 millions de francs.

Moins bon premier semestre pour Oerlikon.
Moins bon premier semestre pour Oerlikon.
Archives/photo d'illustration, Keystone

Oerlikon a fait les frais des incertitudes géopolitiques ainsi que du développement de l'économie mondiale et des marchés au premier semestre.

Le bénéfice net du groupe technologique schwyzois a reculé de moitié sur un an à 43 millions de francs.

Son chiffre d'affaires, donné pour les activités poursuivies, a, lui, baissé de 15,3% à 1,17 milliard de francs. Cette performance correspond toutefois aux attentes, a précisé mardi la firme sise à Pfäffikon (SZ) dans un communiqué. Au deuxième trimestre, le vote britannique en faveur du Brexit a encore accentué les inquiétudes.

Sur le plan opérationnel, l'entreprise a dégagé un bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT), toujours pour les activités poursuivies, en baisse de 56,7% à 68 millions de francs. La marge correspondante a fondu de moitié pour tomber à 5,8% (-5,6 points en comparaison annuelle).

Pour ce qui est du résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA), il s'est replié de 35,1% à 157 millions de francs. La marge correspondante a fléchi à 13,4% contre 17,5% à la même période de l'année passée.

Les entrées de commandes ont atteint 1,18 milliard contre 1,33 milliard au premier semestre de 2016. Cela représente un repli de 11,3%. Le carnet de commandes a, lui, reflué de 25,7% à 401 millions.

A la Bourse suisse, ces chiffres ont été accueillis avec prudence. Vers 10h30, le titre d'Oerlikon se situait tout juste dans le rouge dans un marché élargi en légère baisse.

Faiblesse de la demande

Par segments, les activités de revêtements (Surface Solutions) ont affiché un chiffre d'affaires stable à 609 millions de francs pour un EBITDA en hausse de 2,3% à 133 millions. La demande du secteur automobile et d'avion est restée intacte, poursuit le groupe.

La division des machines et composants destinés à l'industrie des fibres textiles synthétiques (Manmade Fibers) a vu ses ventes reculer de 43,2% à 237 millions de francs. Son EBITDA s'est, lui, contracté de 90,4% à 7 millions. Comme prévu, le marché lié à l'industrie des fibres a particulièrement souffert au deuxième trimestre, explique l'entreprise.

L'unité spécialisée dans les systèmes d'entraînement (Drive Systems) a enregistré un chiffre d'affaires en baisse de 8,8% à 232 millions de francs pour un EBITDA en recul de 40% à 21 millions. Les quatre activités-clés du segment - l'agriculture, la construction, les transports, ainsi que l'énergie et l'industrie minière -, font toujours face à un marché exigeant caractérisé par une baisse de la demande, précise Oerlikon.

Réorganisation

La firme a, par ailleurs, revu son organisation, après six premiers mois en retrait. Les activités de revêtements seront dorénavant intégrées au siège du groupe technologique schwyzois sous la houlette du nouveau directeur général Roland Fischer.

«Ce remaniement doit contribuer à rendre le processus de décisions plus efficace et accélérer la croissance commerciale», a souligné le directeur général dans le communiqué. L'ancien responsable de la division Surface Solutions a quitté son poste et sa place au sein de la direction fin juillet. La nouvelle structure devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2017. L'unité de revêtements est la plus grande de la multinationale.

Roland Fischer, un Allemand âgé de 53 ans, est en place à la tête de la direction générale du groupe contrôlé par le milliardaire russe Viktor Vekselberg depuis le mois de mars seulement. Ingénieur issu du groupe Siemens, il a remplacé le Français Brice Koch, qui n'a occupé son siège que durant un peu plus de deux ans.

Optimisme de mise

Niveau pronostics, le constat posé pour la première partie de l'année devrait s'étendre au deuxième semestre, estime Oerlikon. Des signes «positifs» incitent toutefois le groupe à confirmer ses objectifs annuels, à savoir des entrées de commandes et un chiffre d'affaires compris entre 2,3 et 2,5 milliards de francs.

Oerlikon emploie plus de 13'500 collaborateurs sur 170 sites différents. Plus que centenaire, l'entreprise est présente dans 37 pays. En 2015, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 2,7 milliards de francs.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.