Passer au contenu principal

Oerlikon: performance en repli au 3e trimestre

Le groupe s'attend à vivre des mois difficiles au vu d'un environnement économique marqué par les incertitudes.

Le groupe Oerlikon a confirmé ses objectifs pour l'année en cours.
Le groupe Oerlikon a confirmé ses objectifs pour l'année en cours.
Keystone

Le groupe industriel schwyzois a vu son résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) chuter de 47,1% en un an à 37 millions de francs.

Le résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) s'est pour sa part inscrit à 81 millions de francs, 27% de moins qu'un an auparavant, indique mercredi le conglomérat sis à Pfäffikon. Les ventes se sont tassées de 13,4% à 549 millions et les entrées de commandes de 19,3% 398 millions.

Après neuf mois en 2016, l'EBIT du groupe est ressorti à 105 millions de francs, soit une chute de 53,9% au regard de la période correspondante de l'an passé. Les revenus ont diminué de 14,7% à 1,72 milliard et les commandes de 9,7% à 1,75 milliard.

Les chiffres ont été ajustés de la cession au groupe suédois Atlas Copco de la division Leybold Vacuum, spécialisée dans les techniques du vide, opération annoncée il y a un an et finalisée en septembre dernier. Ce segment, qui emploie quelque 1600 salariés a été considéré dans les comptes 2016 comme activité abandonnée.

Nettement moins bien qu'attendu

La performance trimestrielle d'ensemble s'est révélée nettement inférieure aux attentes des analystes. Sondés par l'agence awp ces derniers avaient anticipé en moyenne des commandes de 582 millions de francs, un chiffre d'affaires de 549 millions de francs, un EBITDA de 82 millions et un EBIT de 41 millions.

Dans le détail, les trois divisions du groupe ont présenté des résultats contrastés, seule l'unité des traitements de surface, Surface Solutions, parvenant à améliorer sa performance au 3e trimestre. Son EBITDA a bondi de 17,5% à 74 millions de francs, pour des ventes en progression de 3% à 305 millions et des commandes quasiment stables ( 0,3%) à 300 millions.

Surface Solutions a notamment tiré profit d'affaires favorables en Europe et en Asie. Les affaires sont restées stables dans le domaine de l'outillage, dans l'industrie automobile ainsi que dans la production industrielle et la branche de l'énergie. Une amélioration est en revanche intervenue du côté du transport aérien.

L'évolution s'est montrée nettement moins réjouissante dans la fabrication de machines et composants pour l'industrie textile. La division Manmade Fibers, qui fabrique des installations de production pour les fibres synthétique a souffert d'une chute de ses commandes de 26,0% à 134 millions de francs. Les ventes ont elles plongé de 43,1% à 103 millions.

Retournement attendu

L'EBITDA de Manmade Fibers s'est retrouvé près de l'équilibre, dégringolant en l'espace d'un an de 30 à 1 million de francs. La marge correspondante a dévissé de 16,3 à 0,6%. Le groupe espère avoir désormais touché le fond sur ce segment touché par les surcapacités frappant le secteur des fibres synthétiques en Chine et anticipe un retournement de tendance d'ici à la fin de l'année.

Dans un contexte de consolidation du secteur, Oerlikon indique avoir obtenu de premiers succès dans ses efforts visant à réduire sa dépendance au marché chinois. Au regard du trimestre précédent, Manmade Fibers est parvenu à améliorer sa rentabilité et à accroître ses nouvelles commandes.

Troisième secteur d'activité du conglomérat de Suisse centrale, Drive Systems, qui produit des engrenages et autres systèmes de transmission, a présenté un rebond de 7% de ses commandes à 138 millions de francs. Cependant, les ventes ont diminué de 10,2% à 141 millions et l'EBITDA s'est contracté de 37,5% à 10 millions.

Evoquant la suite de l'exercice, Oerlikon s'attend à vivre des mois difficiles au vu d'un environnement économique marqué du sceau des incertitudes et d'un climat d'investissements hésitant dans plusieurs de ses marchés. Le groupe confirme néanmoins ses objectifs, soit un chiffre d'affaires entre 2,3 et 2,5 milliards de francs et une marge EBITDA autour de 15%.

L'action malmenée à la Bourse

Oerlikon était malmené mercredi à la Bourse suisse. L'action du groupe industriel schwyzois a plongé de plus de 5% mercredi matin. Le titre de l'ex-fleuron industriel en mains du milliardaire russe Viktor Vekselberg s'échangeait à 8,70 francs en milieu de matinée. Soit un recul de 5,33% par rapport à la veille, tandis que l'indice élargi SPI lâchait 0,53%.

Les analystes s'accordent sur un point. La performance trimestrielle n'est pas à la hauteur de leurs attentes. UBS souligne toutefois que la confirmation des prévisions pour 2016 limite le potentiel baissier du titre

Credit Suisse estime également les objectifs pour 2016 réalistes. La banque aux deux voiles espère toujours une cession de l'unité des systèmes d'entraînement (Drive Systems) l'an prochain et une croissance par acquisitions pour Manmade Fibers.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.