Passer au contenu principal

Une nouvelle voiture chinoise arrive en Suisse l’an prochain

Le constructeur Geely s’est doté d’une nouvelle marque pour conquérir le monde.

Pour son nouveau grand projet industriel, Geely a préféré se doter d’une nouvelle marque: Lynk & Co.
Pour son nouveau grand projet industriel, Geely a préféré se doter d’une nouvelle marque: Lynk & Co.
Hannibal Hanschke

Tout indique qu’une nouvelle voiture de tourisme chinoise arrivera en force sur le marché européen, donc en Suisse également, dès l’an prochain. Zhejiang Geely Holding Group, le plus grand constructeur automobile privé de l’Empire du Milieu, prévoit en effet de commencer la production de véhicules voués à conquérir le monde, l’automne prochain.

Pour ce nouveau grand projet industriel, Geely a préféré se doter d’une nouvelle marque: Lynk & Co. Et une première offensive sur le Vieux-Continent paraît d’autant plus vraisemblable que les différents modèles de Lynk & Co sont conçus et développés en Suède, chez Volvo (entreprise rachetée à Ford en 2010 par Geely, au prix de 1,8 milliard de dollars).

La production du premier modèle de Lynk & Co, et d’autres de la marque Volvo, se fera dans le district de Luqiao, au sud de Shanghai. Les concessionnaires de la firme suédoise se chargeront de la maintenance des voitures des deux marques.

Geely n’a pas encore dévoilé les spécificités de la prochaine voiture chinoise débarquant sur le marché européen. Une seule chose paraît certaine, en considérant les tendances dominantes sur le marché: il s’agira d’un SUV (sport utility vehicle), c’est-à-dire un 4x4 à vocation urbaine.

L’imminent Modell 01 devrait en outre apparaître sur le marché «avec un prix plus avantageux», selon la NZZ am Sonntag. L’hebdomadaire alémanique s’attend en outre à des versions équipées de moteurs de trois ou quatre cylindres, d’une puissance oscillant entre 150 et 197 chevaux. Une version hybride semble également prévue.

Les automobilistes déjà intéressés doivent se mettre au goût du jour: inutile de partir à la recherche des futurs concessionnaires Lynk & Co. Ils doivent surfer sur la Toile en utilisant simplement la marque comme mot-clé pour ensuite déceler et remplir les formulaires de commande, lorsque ceux-ci seront mis en ligne.

Souvenirs du Salon

Les conducteurs impatients, et encore peu «geek», peuvent toujours trouver du secours auprès des garages Volvo. Ceux-ci pourront en plus les renseigner sur les prochains événements préparés par la marque dans des pop-ups stores (magasins accueillant des hôtes éphémères qui présentent quelques éléments de leur assortiment), dans quelques grandes villes d’Europe. Ces agapes permettront de découvrir les autos Lynk & Co en vrai, avant de passer commande sur le Net.

L’arrivée de ces voitures chinoises, sur des marchés hors de la patrie de Mao, constitue une étape historique pour l’industrie de ce pays. La construction d’automobiles n’y a en effet commencé que dans les années quatre-vingt. Et une toute première voiture de Chine populaire n’avait été présentée au Salon international de l’automobile de Genève qu’en 2007.

Souvenez-vous! La fameuse Brilliance BS6, équipée d’un moteur et d’une boîte à vitesses Mitsubishi, capable d’atteindre une vitesse maximale de 195 km/h. A l’époque, les autos de l’Empire du Milieu traînaient cependant une mauvaise réputation. «Jusqu’à 80% des modèles chinois ont révélé des défauts, plus ou moins sérieux, dans les six premiers mois d’utilisation», indiquait ainsi le magazine suisse Revue Automobile.

Belles performances

Geely semble toutefois appartenir à une autre génération de la construction automobile chinoise. Après l’acquisition de Volvo en 2010, l’entreprise fondée par Li Shufu en 1986 devrait incessamment prendre le contrôle du malaisien Proton et du britannique Lotus. La première firme lui offre une voie royale vers le marché de l’Asie du Sud-Est et ses 600 millions de consommateurs, la deuxième le savoir-faire d’un constructeur sept fois champion du monde de Formule 1.

Geely réussit en plus de belles performances. La société a augmenté de 50% sa production d’autos l’an dernier et son bénéfice a progressé de 125%, à 740 millions de francs. Le cours de l’action Geely a en outre triplé au cours des douze derniers mois.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.