Passer au contenu principal

Des administrateurs rémunérés au mérite?

Le groupe automobile japonais Mitsubishi Motors entend ainsi motiver et responsabiliser les dirigeants.

Carlos Ghosn, déjà PDG de Renault et Nissan, va prendre la tête de Mitsubishi Motors.
Carlos Ghosn, déjà PDG de Renault et Nissan, va prendre la tête de Mitsubishi Motors.
Keystone

Le constructeur d'automobiles japonais Mitsubishi Motors, dont Carlos Ghosn va prendre la tête, propose à ses actionnaires de se prononcer sur une notable hausse des rémunérations des membres de son conseil d'administration mais en la modulant au mérite.

Dans le document publié en amont d'une assemblée générale extraordinaire prévue le 14 décembre, la nouvelle direction de l'entreprise indique qu'elle aimerait que la rétribution annuelle des administrateurs soit davantage dépendante des performances réelles.

Relever le plafond de rémunérations

Si la résolution afférente est approuvée, le plafond du cumul annuel de la rémunération de l'ensemble des administrateurs passera de 960 millions de yens (8 millions d'euros) à 2 milliards de yens (près de 17 millions d'euros au cours actuel), incluant la part (plafonnée aussi) des administrateurs extérieurs.

Ce montant ne prend en revanche pas en compte la paie normale que reçoivent les administrateurs internes au seul titre de salariés du groupe.

Il s'agit, selon Mitsubishi Motors, «d'améliorer la gestion de l'entreprise, et de lier clairement la rémunération des administrateurs à leur rôle pour accroître durablement la valeur de l'entreprise».

Créer un lien direct

Conformément à la philosophie de Carlos Ghosn, il s'agit de motiver et responsabiliser les dirigeants et de se donner les moyens d'accueillir un personnel de direction talentueux, y compris des administrateurs externes, du Japon ou de l'étranger.

Dans le même ordre d'idée d'établir un lien direct entre les objectifs définis et leur accomplissement, le groupe envisage de distribuer, selon les performances, des stock-options ou primes liées au cours de l'action, part variable dont le cumul annuel ne pourra pas dépasser 1 milliard de yens (8,3 millions d'euros) pour l'ensemble des administrateurs internes.

Multi-casquettes pour Carlos Ghosn

Le géant automobile japonais Nissan a bouclé fin octobre le rachat d'une participation de 34% dans son compatriote Mitsubishi Motors qui s'est fourvoyé dans un scandale de manipulation de données relatives aux performances de ses véhicules.

Déjà PDG de Renault et Nissan, Carlos Ghosn va désormais prendre la tête du conseil d'administration de MMC, sous réserve de l'approbation des actionnaires, qui devront aussi se prononcer sur l'arrivée de trois autres administrateurs venus de Nissan.

Le conseil d'administration de Mitsubishi Motors, qui compte actuellement 10 membres (dont 4 externes), passera à 11 membres (dont 6 externes) si la résolution proposée en ce sens est acceptée par l'assemblée des actionnaires.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.