Julius Baer mise en examen dans un dossier d'escroquerie

BanqueLa banque privée zurichoise Julius Baer a été mise en examen en juin pour blanchiment dans une des enquêtes menées à Paris sur la gigantesque fraude à la TVA sur le marché des quotas de CO2.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La banque est soupçonnée d'avoir accueilli sur un compte ouvert en Suisse des fonds provenant de ces escroqueries sans mener les vérifications nécessaires et alors que des signaux sur leur origine douteuse auraient pu l'alerter, a expliqué une source proche du dossier.

Interrogée par l'AFP, la banque a affirmé qu'elle «(coopérait) avec les autorités françaises dans le cadre des possibilités légales afin de clarifier la situation et de préserver ses intérêts».

Plusieurs enquêtes sont en cours en France sur cette fraude colossale au marché du carbone, qualifiée par certains d'«escroquerie du siècle» et dont la Cour des comptes avait estimé en 2012 qu'elle a pu coûter 1,6 milliard d'euros (1,93 milliard de francs) au fisc français. Europol avait estimé la perte à cinq milliards d'euros au niveau européen.

Fraude à la TVA

Cette escroquerie était une fraude classique à la TVA, qui s'appliquait au marché européen des quotas de carbone, conçu pour échanger des droits à polluer et dont la philosophie était de lutter contre les gaz à effet de serre.

Concrètement, des sociétés fictives achetaient des droits d'émission de CO2 hors taxe dans un pays étranger, avant de les revendre en France à un prix incluant la TVA, puis d'investir les fonds dans une nouvelle opération. La TVA, elle, n'était jamais reversée à l'Etat.

La mise en examen de la banque Julius Baer a été ordonnée dans le dossier dit «Crépuscule», du nom d'une société qui opérait sur le marché des quotas carbone.

Début septembre, la cour d'appel de Paris a prononcé des condamnations allant jusqu'à sept ans de prison dans un dossier similaire, avec 43 millions d'euros de dommages et intérêts. Dans un autre procès, un prévenu en fuite a été condamné en appel à Paris à cinq ans de prison et 65 millions d'euros de dommages et intérêts. (ats/nxp)

Créé: 26.09.2014, 19h49

Articles en relation

Julius Baer veut racheter la banque privée Coutts

Banques La banque privée zurichoise n'est toutefois pas en discussions avec Royal Bank of Scotland (RBS), propriétaire de Coutts, a ajouté le directeur général Boris Collardi Plus...

Julius Baer dément un rapprochement avec le Credit Suisse

Banques Le patron de Julius Baer a démenti jeudi toute discussion sur le rachat de la banque par le Credit Suisse. Plus...

L'Allemagne poursuit Julius Baer pour récupérer des millions

Banque L'organisme en charge des missions spéciales au titre de réunification (BvS) entre la République fédérale d'Allemagne (RFA) et l'ex-République démocratique allemande (RDA) demande des comptes à Julius Baer. Plus...

Rumeurs de rachat de Julius Baer par le Credit Suisse

Banques Selon un blog financier, le numéro deux de la banque en Suisse serait intéressé par le rachat de Julius Baer. Cette dernière a déjà démenti mais son action est portée par ces rumeurs à la Bourse suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.