L'internationale des prêteurs sur gage se réunit durant deux jours à Genève

Avance de cashCes financiers de dernier recours se sont réunis jeudi et vendredi à Genève. Et discutent notamment microcrédit avec l’ONU. Qui sont-ils?

Juan Caido s’efforce de combattre l'image négative qui colle à la peau des prêteurs sur gage.

Juan Caido s’efforce de combattre l'image négative qui colle à la peau des prêteurs sur gage. Image: MARIUS AFFOLTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Prêteur sur gage, Mont-de-piété. Dans l’inconscient populaire, le terme rimera toujours avec celui d’usurier. Juan Caido, fondateur de Valorum à Lausanne et membre de l’Association internationale des prêteurs sur gage Pignus depuis 2015 s’efforce de combattre cette image.

Prêter sur gage, cela existe encore à l’heure du «crowdfunding»?

Je ne vais pas dissiper en une phrase l’image qui nous colle à la peau depuis Dostoïevski. Mais pensez à cela: au sein de notre forum, je suis le… seul représentant d’une société privée. Tous mes homologues dépendent de structures publiques, à commencer par celui de Genève.

En 2017, qui va au Mont-de-Piété? A quel prix?

Vous avez des gens qui ont des difficultés à payer des soins dentaires, d’autres qui attendent 120 000 francs d’héritage mais qui ne gagnent pas 4000 francs par mois… En Suisse les avances moyennes octroyées sont de l’ordre de 1300 à 1800 francs, au Mexique de 300 à 400 francs. En général les gens empruntent 20 à 30% de leurs gains annuels, car jusqu’à 10% ils arrivent à absorber un imprévu. A Genève pour les crédits de plus de 500 francs nous demandons 8,5% de taux annualisé ainsi que 6% de frais fixes. A Lausanne on est à 12% de taux annualisé, plus les frais.

Vos représentants vont rencontrer les responsables d’agences onusiennes au service du développement… que faites-vous ensemble?

Avec l’ITC (ndlr.: Centre du commerce international) nous avons parlé de l’après microcrédit, phénomène un temps en vogue aujourd’hui déserté par les investisseurs. Or le microcrédit, les prêteurs sur gage l’ont toujours fait. Au Pérou de tels prêts ont permis de financer des centres de stockage de grains. Nous allons notamment évoquer comment mettre en place de telles structures en Côte d’Ivoire ou au Sénégal. L’ITC nous a proposé de devenir des conseillers sur l’accès aux financements des PME dans les pays en développement. Avec la CNUCED, à l’inverse, nous travaillons encore sur la façon dont les prêteurs sur gage doivent au contraire se mettre en retrait afin de céder la place à des programmes de financement plus efficaces orchestrés par cette agence.

Qui participe à ce sommet?

Un groupe de travail d’une douzaine de membres avec leurs équipes, emmenés par une présidence espagnole, se penche sur les aspects réglementaires et sur l’expansion de notre activité dans de nouveaux pays. Un exemple? L’Algérie est l’un des membres clefs de notre organisation, véritable tête de pont de cette activité. Son institution publique d’avances sur gage est utilisée chaque année par plus de 200 000 personnes et a su concilier ces crédits de première nécessité avec les exigences des textes religieux en matière de finance.

(TDG)

Créé: 21.07.2017, 19h33

Articles en relation

En finance, la triche se paie cash

Chronique économique Plus...

Local ou virtuel, l’argent change de visage

Monnaie Du léman au bitcoin, de la micro-monnaie purement régionale à sa version cryptée et intraçable, les formes de paiement évoluent. Décryptage. Plus...

La Suisse n'a jamais eu autant de cash

Finances L'argent physique est toujours très populaire en Suisse. Les citoyens se sentent rassurés dans le contexte actuel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.