Passer au contenu principal

Interview«L'horlogerie est devenue prisonnière de sa réserve d'Indiens»

Dans une interview parue ce jeudi dans le quotidien Le Temps, l'ex-directeur général de l'actuel Swatch Group livre une analyse sans concessions sur l'évolution de l'horlogerie suisse.

La montre Samsung Galaxy Gear. L'ex-directeur général de SMH (actuel Swatch Group) Ernst Thomke estime que la Suisse a raté le virage des Smartwaches et déplore le futur manque-à-gagner pour notre pays: «Tout ce segment va se développer loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud.»
La montre Samsung Galaxy Gear. L'ex-directeur général de SMH (actuel Swatch Group) Ernst Thomke estime que la Suisse a raté le virage des Smartwaches et déplore le futur manque-à-gagner pour notre pays: «Tout ce segment va se développer loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud.»
AFP
La montre Samsung Galaxy Gear. L'ex-directeur général de SMH (actuel Swatch Group) Ernst Thomke estime que la Suisse a raté le virage des Smartwaches et déplore le futur manque-à-gagner pour notre pays: «Tout ce segment va se développer loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud.»
La montre Samsung Galaxy Gear. L'ex-directeur général de SMH (actuel Swatch Group) Ernst Thomke estime que la Suisse a raté le virage des Smartwaches et déplore le futur manque-à-gagner pour notre pays: «Tout ce segment va se développer loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud.»
AFP
Une montre intelligente élaborée par Sonostar, un fournisseur de GPS taïwanais. Cela prête la flanc aux propos de l'ex-directeur général de SMH (actuel Swatch Group) Ernst Thomke: «Tout ce segment va se développer loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud.»
Une montre intelligente élaborée par Sonostar, un fournisseur de GPS taïwanais. Cela prête la flanc aux propos de l'ex-directeur général de SMH (actuel Swatch Group) Ernst Thomke: «Tout ce segment va se développer loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud.»
AFP
1 / 6

L'industrie horlogère suisse se repose sur ses lauriers: elle reste concentrée sur «le segment du luxe avec des prix surfaits», au détriment de l'innovation dans les montres intelligentes, un créneau qu'elle laisse se développer «loin de nos frontières, aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud». C'est en substance ce qu'estime Ernst Thomke, l'un des fondateurs de Swatch, dans une interview livrée ce jour au quotidien Le Temps.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.