Passer au contenu principal

Globcoin s’attaque aux frais de carte de crédit

La PME «fintech» créée à Genève veut lancer 50 000 cartes qui font de vous un client «local» à New York comme à Paris.

Hélie d’Hautefort, Fondateur de Globcoin.
Hélie d’Hautefort, Fondateur de Globcoin.
Linkedin/DR

Les problèmes de taux de change inspirent beaucoup les PME de services financiers sur Internet – les «fintechs» – à Genève. Normal, 100 000 personnes vivent à cheval sur la frontière, tandis que 30 000 autres officient dans une organisation internationale.

Cette fois, l’idée consiste à contourner les frais retenus lors du règlement par carte dans un restaurant new-yorkais ou lors d’un retrait de billets au distributeur d’un aéroport. Dans les années 70, il y avait au moins les «travelers cheques» tombés en désuétude… Pour éviter de prendre l’avion les poches remplies de cash, Globcoin propose, depuis novembre, une carte Platinum Mastercard multidevises, prépayée par son utilisateur. Six devises sont offertes, une quinzaine l’an prochain. Résultat, au moment de la douloureuse, la machine tendue par la serveuse coréenne de la 52e rue «voit» que la carte est alimentée en dollars. Et la traite comme une «locale». Le service rappelle Revolut, «fintech» s’adressant au touriste britannique.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.