Un Genevois a dessiné la «montre» de Samsung

Montre connectée CEO de la marque Artya, Yvan Arpa était à Berlin pour présenter la Gear S3 à l’IFA.

Yvan Arpa, CEO de la marque Artya. Ci-dessous, la montre connectée Samsung Gear S3 Frontier.

Yvan Arpa, CEO de la marque Artya. Ci-dessous, la montre connectée Samsung Gear S3 Frontier. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans la guerre que se livrent horlogers et as de l’électronique autour de la montre connectée, Samsung a peut-être marqué des points importants à l’IFA de Berlin avec sa Gear S3. Septième génération dans sa famille des smartwatches, elle a définitivement quitté ses habits de gadget pour… ressembler à une montre, une vraie, à l’instar de la TAG Heuer Connected. Conservant sa forme ronde et sa couronne rotative – qui permet de naviguer dans les menus – elle se décline désormais en deux modèles: Classic et Frontier. A la fois sophistiquée, élégante et… intemporelle.

L’évolution, très attendue, de sa montre connectée, Samsung l’a confiée à un Genevois: Yvan Arpa, CEO de la marque Artya, a en effet été choisi par la marque coréenne pour en réaliser le design. Il a même eu l’honneur de monter sur scène hier soir à Berlin. «En marge de mes activités personnelles, j’ai toujours dessiné des montres pour d’autres marques», explique-t-il. «Simplement, j’ai toujours été lié par des contrats de confidentialité.»

Cela aurait aussi dû être le cas pour la Gear S3. Mais l’homme détonne dans l’industrie horlogère. Par ses idées. Par ce caractère un peu rock’n’roll qui anime chacune de ses créations. Derrière chaque produit, il y a une histoire. Rien n’est jamais laissé au hasard. «Ils ont aimé cette approche où le concept crée le design», souffle-t-il au téléphone. «C’est pourquoi ils m’ont invité à venir l’expliquer face au public.»

Un signe d’appartenance

Yvan Arpa n’en est pas à son coup d’essai. Lorsqu’il reprend les destinées de Romain Jérôme en 2006, il décida ainsi de «mettre l’Histoire, avec un grand H, au poignet». Il crée une montre avec des fragments authentiques du Titanic. Puis avec de la véritable poussière de lune. Un épisode qui lui valut quelques démêlés avec le FBI. Lancée en 2010, la marque Artya lui sert évidemment de plate-forme pour ses délires artistiques. Persuadé qu’une montre ne sert plus seulement à donner l’heure: elle devient un signe d’appartenance à un groupe d’individus. Un objet de collection. Il imagine ainsi un produit réservé aux ceintures noires: la Black Belt. Avec Spero Lucem, il donne naissance à une marque, en plein cœur du quartier des Eaux-Vives, dont l’ADN s’inspire à 100% des codes identitaires de Genève. Forcément, cette philosophie ne passe pas inaperçue.

Deux mondes à marier

«Samsung m’a contacté il y a plus d’un an et demi», raconte le Genevois. «Cela a pris du temps pour mettre au point les contrats au niveau juridique.» Yvan Arpa a ensuite découvert un nouvel univers. Celui de la haute technologie. Il ne connaissait pas la Corée. «Ma mission était de faire rejoindre deux mondes: l’horlogerie traditionnelle, avec ses fondamentaux vieux de 400 ans, et la technologie. Je devais donner une crédibilité plus forte à cette montre connectée, lui offrir un cycle de vie plus long, en lui apportant les finitions, les proportions et l’harmonie d’un vrai garde-temps.» Le tout avec la puissance de feu de Samsung en termes de marketing et de production. On parle là de millions de pièces sur le marché…

Horloger doué, le Genevois n’a-t-il pas le sentiment d’avoir pactisé avec le diable, alors que toute l’industrie horlogère suisse tousse et s’interroge encore sur la pertinence de ces smartwatches? «Pour certains, peut-être…» Yvan Arpa y voit surtout une expérience de plus dans un parcours déjà riche. Une «belle histoire» qui enveloppera sa propre marque d’un halo de positivisme.

(TDG)

Créé: 31.08.2016, 21h09

Articles en relation

Les Romands aiment les montres intelligentes

Technologie Un sondage montre que ces accessoires séduisent bien plus les Romands que les Alémaniques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...