Passer au contenu principal

EnergieGeneral Electric va biffer des milliers de postes

En difficultés, le fabricant américain de moteurs d'avions et de turbines va se recentrer sur trois activités.

General Electric cherche absolument à réduire ses coûts. La suppression de milliers d'emplois semble inévitable.
General Electric cherche absolument à réduire ses coûts. La suppression de milliers d'emplois semble inévitable.
archive/photo d'illustration, Keystone

General Electric (GE) a annoncé lundi se recentrer sur trois activités (aéronautique, santé et énergie) et procéder à des milliers de suppressions d'emplois pour réduire ses coûts.

Le fabricant des moteurs d'avions et des turbines, dont la capitalisation boursière a fondu de plus de 100 milliards de dollars depuis janvier, va également céder ses activités dans les transports et les services d'électricité dans le cadre d'un plan de cessions d'actifs de 20 milliards de dollars (19,7 milliards de francs).

Il va, en outre, se désengager progressivement du groupe de services pétroliers américains Baker Hughes dont il détient 63% du capital. Il ne pourrait, cependant, pas le faire avant 2019, selon un accord conclu lors du rachat de Baker Hughes l'an dernier.

Suppressions d'emplois

Ces actions vont s'accompagner d'une nouvelle cure d'austérité comprenant des milliers de suppressions d'emplois, mais GE n'a pas précisé le nombre d'emplois affectés ni les régions concernées si ce n'est que la branche GE Power, qui comprend Alstom, va connaître une grande refonte pour faire face aux évolutions du marché de l'énergie.

GE prévoit également de réduire les effectifs des personnels (24'000 salariés environ) travaillant dans la recherche, dans le numérique et au siège. Le conseil d'administration n'est pas épargné: sa composition passera de 18 membres à 12 à compter d'avril 2018. La rémunération des dirigeants sera désormais liée à la performance de l'entreprise et de l'action, a insisté le PDG John Flannery, lors d'une présentation devant des investisseurs à New York.

John Flannery est devenu PDG le 1er août avec pour mission de donner un nouveau souffle à GE, qui s'est déjà séparé entre autres lors des dernières années des studios Universal, de la chaîne de télévision NBC, de ses actifs financiers et ses activités dans l'électroménager.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.