Passer au contenu principal

Le futur directeur RH, un robot?

Le marché des ressources humaines en Suisse vaut 7,5 milliards et attire les startups. Mais elles ne sont pas forcément prêtes à miser sur l'automatisation des services.

Jovana Rotula et Marc Trillou, fondateurs de la plateforme Tie Talent à Genève.
Jovana Rotula et Marc Trillou, fondateurs de la plateforme Tie Talent à Genève.
PHOTO: Nicolas Righetti, François Wavre/LUNDI13

Elle s'appelle Vera. Elle vient de Saint-Pétersbourg. Elle est virtuelle. Et, à en croire le torrent d’articles publiés depuis son apparition sur Bloomberg fin mars, Vera décidera de votre prochain job. Intelligence artificielle (IA) programmée par son créateur russe, la startup Stafory, pour présélectionner et interviewer des candidats, Vera a envoyé des dizaines de milliers de mails et fait passer des centaines d’entretiens via Skype à d’éventuelles recrues de Pepsi, L’Oréal oulkea. Plus de 300 entreprises l’utiliseraient. Et certains voient déjà en ce type d’interface les remplaçants des DRH.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.