Passer au contenu principal

Les frontaliers profitent de la guerre du change

Internet dessine les services financiers du Grand Genève en laminant le coût du transfert de devises.

De gauche à droite: Xavier de Villoutreys et David Talerman, de b-Sharpe. Fondé en 2011 à Genève, le service compte actuellement 1700 clients inscrits sur son site.
De gauche à droite: Xavier de Villoutreys et David Talerman, de b-Sharpe. Fondé en 2011 à Genève, le service compte actuellement 1700 clients inscrits sur son site.
GEORGES CABRERA

Ils ont longtemps été les vaches à lait des changeurs d’or. Avec le basculement des services de transferts internationaux d’argent sur Internet, les dizaines de milliers de ménages français et suisses vivant à cheval sur la frontière trouvent un nouveau pouvoir de négociation en matière bancaire. «Les gens passent des heures sur Internet pour un rabais sur une chambre d’hôtel, alors qu’ici, on parle de 500 à 1000 euros économisés par an sur le transfert d’un salaire mensuel de 5000 francs en France», décrit François Briod, 25 ans, cofondateur du comparateur Monito.com. La société, qui se présente comme le Ebookers des transferts de devises, enregistre 300 000 utilisateurs depuis sa création il y a trois ans, «dont une majorité ces derniers mois».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.