Le fabricant de skates LGS fait un saut dans le haut de gamme

Le Brassus Artisan autant que chef d’entreprise, le patron de LGS, Laurent Golay, produit des planches dans l’esprit des maîtres horlogers.

Laurent Golay dans sa menuiserie, une «longboard» LGS Helvet Rocket Alpha en main.

Laurent Golay dans sa menuiserie, une «longboard» LGS Helvet Rocket Alpha en main. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il caresse ses planches au design élancé et aux bois nobles comme d’autres une montre de luxe ou un bijou. Il est vrai que les skates manufacturés par le menuisier du Brassus Laurent Golay sont des joyaux, pour les amateurs de vitesse sur roulettes ras l’asphalte mais aussi pour une clientèle fascinée par ces objets d’art de pure marqueterie. Dans l’atelier LGS Swiss Skateboard Company, il ne fabrique aujourd’hui plus seulement des planches, en passionné de ce sport, mais il crée des œuvres en bois haut de gamme qui réunissent diverses techniques artisanales.

Ces jours, on pouvait découvrir une réalisation qu’il affectionne par le défi qu’elle représente pour le menuisier: une petite boîte pour une montre d’exception qu’un de ses amis horlogers présente au Salon international de l’horlogerie à Bâle. L’écrin de bois très fin épouse littéralement la forme du garde-temps afin de la mettre en valeur. Laurent Golay est un entrepreneur artisan touche-à-tout qui ne fixe pas de limite à ses idées.

«Tout ce qui est fun»

Sous le nom de Concept Bois, il fait bien de la menuiserie traditionnelle comme en attestent les portes et fenêtres posées sur les établis. Mais sous le label LGS (Laurent Golay Skating), le Combier s’éclate dans des domaines plutôt réservés aux adolescents qui traînent leurs baskets dans la rue: la fabrication de skates, l’impression de tee-shirts customisés, la vente de fringues et autres accessoires de boarders, mais aussi d’une bière artisanale concoctée avec le maître horloger. «LGS, c’est tout ce qui est fun», dit celui qui, passé la quarantaine, reste fasciné par le monde des contests et des prodiges de la planche à roulettes, dont certains font partie de son team LGS. Ainsi, il s’amuse en racontant les frasques de l’un d’eux, Pierre Collombin – fils de Roland, célèbre médaillé olympique de ski –, alias Pipo, pour qui il conçoit des planches spéciales renforcées avec des couches de fibre de carbone et de verre, car il casse passablement de matériel sur les rampes de skateparks.

Epicéa du Risoud

Après avoir sillonné le monde pour assouvir ses deux passions, le snowboard et le skateboard, Laurent Golay a repris avec sa femme la menuiserie de son père en l’an 2000. Il n’avait d’autre idée en tête que de fabriquer des planches uniques et faites main. Difficile pourtant de lutter contre les géants mondiaux qui fabriquent des produits de masse en Chine. Il se distingue donc par des petites séries au design exclusif. Dans ce créneau, et avec la pression croissante du franc fort, il tient malgré tout, dit-il, des prix qui ne sont qu’«un poil plus cher» que ses concurrents étrangers. Si les skates de la vallée de Joux sont vendus entre 89 fr. et 119 fr. pour ceux de look «néo-punk», les longboards standards tracés pour la vitesse coûtent jusqu’à 650 fr. Les modèles d’exception, développés pour la course, avec noyau épicéa du Risoud, renforcée avec du frêne de la région, peuvent s’envoler au-delà de 1000 fr.

Mais tous les modèles sont fabriqués de A à Z dans la menuiserie du Brassus avec la matière première qui lui est fournie: pour l’essentiel, des feuilles de bois de diverses natures – en majorité de l’érable canadien aux propriétés idéales – ainsi que les couches de fibres synthétiques pour quelques modèles. Laurent Golay les choisit selon le type de skate (la longboard standard compte 9 couches), les colle, presse et découpe avant le ponçage et le vernissage. Aujourd’hui, il fait lui-même la sérigraphie sur bois du dessin et des couleurs de la planche. Il a en effet monté son propre équipement après s’être formé à cette technique.

L’artiste et restauratrice d’art Lydie Berney, qui a installé son atelier dans les combles de la menuiserie, réalise les dessins que le menuisier a en tête. Elle a d’ailleurs caricaturé ce dernier en guerrier gaulois pour un des derniers modèles.

LGS fabrique 500 à 600 planches par an. Mais développe aussi des produits de niche comme des planches de kitesurf et de snow-kate (skate monté sur un petit ski), qu’elle tente de relancer.

Un autre volet important de son activité est la construction de skateparks. LGS a conçu une dizaine de sites intérieurs avec rampes en bois – notamment à Gland, Genève, au Sentier, à Etoy – et développe des projets extérieurs en béton.

Visite des ateliers lors des Journées européennes des métiers d’art (31 mars-2 avril): metiersdart.ch

(TDG)

Créé: 19.03.2017, 21h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...