Passer au contenu principal

Donald Trump n’effraie pas les milieux financiers

L'émotion des milieux politiques, provoquée dans quasiment le monde entier par le succès inattendu de Donald Trump, n’a pas touché, ou très peu, les milieux financiers.
L'émotion des milieux politiques, provoquée dans quasiment le monde entier par le succès inattendu de Donald Trump, n’a pas touché, ou très peu, les milieux financiers.
EPA

«Des présidents impopulaires ne riment pas forcément avec des conséquences économiques préjudiciables ou des effets regrettables sur les marchés financiers», s’est empressé de rappeler hier Tom Lee, cofondateur de Fundstrat Global Advisors et star de Wall Street. L’impopularité de Donald Trump s’avère en plus toute relative au regard de son score dans l’élection du 45e président des Etats-Unis.

Le propos quelque peu incohérent de Tom Lee illustre en fait une réalité: les milieux financiers états-uniens s’accommodent parfaitement de l’élection de Donald Trump et beaucoup plus encore d’une Chambre des représentants et d’un Sénat dominés par les républicains. «Nous ne nous attendons qu’à des effets limités de ces élections sur les marchés actions. L’économie américaine se trouve dans une phase d’expansion depuis sept ans et sa croissance persiste à une cadence modérée. Nous prévoyons une hausse lente des valeurs cotées à la bourse américaine ces prochaines années, en ligne avec l’évolution des bénéfices des sociétés», indique David Kostin, stratège chez Goldman Sachs Group Inc.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.