Pour se développer, le e-commerce fait appel aux acteurs traditionnels

DistributionFace à la concurrence, Steg Electronics se démarque avec un service hyper-express de livraisons par des sociétés de taxis et des livreurs de pizza. Dans le commerce de détail, la logistique reste le nerf de la guerre.

Après avoir ouvert de nouveaux magasins, comme ici il y a quelques années à Renens, Steg Electronics fait appel à des moyens physiques très traditionnels pour sa logistique: les chauffeurs de taxi et les livreurs de pizza!

Après avoir ouvert de nouveaux magasins, comme ici il y a quelques années à Renens, Steg Electronics fait appel à des moyens physiques très traditionnels pour sa logistique: les chauffeurs de taxi et les livreurs de pizza!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Afin de se démarquer dans la folle concurrence des magasins en ligne - une bataille majeur pour le commerce de détail en Suisse – les moyens les plus originaux sont mis en oeuvre pour attirer le client. Y compris, et c’est le paradoxe, les canaux de distribution les plus traditionnels. Steg Electronics, l’un des grands sites de vente sur internet de produits multimédia, vient de lancer un service hyper-express de livraison à domicile. Il fait appel à des coursiers locaux et des restaurants, mais aussi des livreurs de pizza et des sociétés de taxi!

Si, assure le fournisseur, vous commandez votre téléviseur pour suivre un match de l’Euro avant 18h00, vous pouvez être livré le soir même, avant 21h00, si vous habitez dans une des treize régions et agglomérations du pays couvertes, parmi lesquelles Lausanne et Genève.

La société lucernoise , qui dit pouvoir fournir ainsi plusieurs milliers d’articles sur un catalogue d’environ 15 000 produits informatiques et d’électronique de loisirs, s’inspire de différents modèles de systèmes express lancés sur les marchés allemand, anglais et américain. Elle précise que sa nouvelle prestation de livraison rapide – qui est facturée au tarif unique de 9,50 francs - est accessible à quelques 3 millions d’habitant dans notre pays.

Ce type d’offre confirme que la logistique reste aujourd’hui le nerf de la guerre de ce marché du commerce en ligne. Tout comme il l'est, dans le monde non virtuel, pour ce secteur de la distribution. Dans une étude de la haute école d’économie de Bâle, Fachhochschule Nordwestschweiz (FHNW), publiée il y a un an, les experts en e-business ont souligné cet aspect: le premier souci des clients qui achètent un produit sur internet ou par mobile est qu’ils sont «à la merci des aléas de la livraison». Une majorité de la quarantaine d’acteurs majeurs du e-commerce en Suisse, qui ont répondu à cette enquête, affirme que c’est le point le plus difficile de la gestion des commandes. «Il est encore très difficile pour le client de recevoir une livraison à une date fixée à l’avance en un lieu donné, relève les auteurs de l’étude. Pour beaucoup, cette planification est considérée comme étant plus importante qu’un délai de livraison le plus court possible».

Les principaux fournisseurs d’ordinateurs et de matériel électronique domestique ont ainsi mis en place toute une stratégie pour améliorer la prise en charge du produit par le client. Certains ont ouvert des dépôts ou de nouvelles surfaces de ventes - où l’on peut aussi prendre livraison de la marchandise, comme Steg Electronics, qui compte seize succursales en Suisse. Il est présent notamment à Vernier et à Renens, à côté de Lausanne.

L’enseigne Digitec, associée à Galaxus et qui appartient au groupe Migros depuis l’an dernier, a ouvert pour sa part en 2011 un showroom à Malley, son premier en Suisse romande. Et il prévoit d’ouvrir un autre site à Genève prochainement. Depuis l’an dernier, les produits Digitec peuvent être également récupérés dans quelques 300 points de vente Migros. Un autre acteur remuant de ce marché l’avait précédé: Microspot, qui fait partie lui du groupe Coop. Ce fournisseur d’appareils d’électronique domestique, qui met le paquet avant tout sur les prix bas, a aussi introduit sa formule de livraison «speed», une commande avant midi pouvant être enlevée dès 17h00 dans le centre d’entreposage sélectionné.

Si elles veulent continuer à croître aussi rapidement que ces dernières années, les sociétés de vente online ont donc besoin des acteurs traditionnels pour le transport comme ils ont besoin de surfaces en dur réelles afin que leur logistique soit performante. En 2015, les commerçants en ligne de toutes les branches, ont réalisé 7,2 milliards de francs de chiffre d’affaires en Suisse, selon une étude de l’Association Suisse de Vente à Distance avec l’institut GfK. Cela représente une hausse de 7.5% en comparaison avec l’année 2014. (TDG)

Créé: 10.06.2016, 15h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...