Démission d'un directeur de Ryanair

Suppressions de volPremière conséquence organisationnelle des cafouillages de la compagnie aérienne, le DG délégué prend la sortie.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a annoncé vendredi que son directeur général délégué, Michael Hickey, allait démissionner à la fin du mois. Il est le premier dirigeant à quitter l'entreprise après des cafouillages ayant entraîné la suppression de milliers de vols.

Le transporteur à bas coûts, première compagnie aérienne européenne en nombre de passagers transportés, a, ces dernières semaines, remis en cause les projets de voyages de plus de 700'000 de ses clients du fait d'un manque de pilotes disponibles.

Michael Hickey était chargé des tableaux de services au début des perturbations avant qu'ils ne soient confiés à un autre responsable, Edward Wilson, le directeur des ressources humaines chez Ryanair, le 27 septembre, au moment de l'annonce de la deuxième vague d'annulation de vols.

«Au cours des 30 dernières années, Mick Hickey a apporté une formidable contribution à Ryanair, notamment en matière de qualité et de sécurité (...) des fonctions opérationnelles. Il sera difficile à remplacer», déclare Michael O'Leary, directeur général de Ryanair, cité dans un communiqué.

En bourse, le titre Ryanair a plongé de 8,6% sur le seul mois de septembre du fait des annulations de vols, qui ont valu à la compagnie à la fois les foudres de ses passagers et une très mauvaise presse. (ats/nxp)

Créé: 07.10.2017, 05h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...