Les cinq-étoiles comptent poursuivre leur ascension

Hôtellerie de luxeLes managers de 400 établissements du groupement The Leading Hotels of the World se sont réunis à Lausanne l’esprit serein.

Andrea Kracht, propriétaire du Baur au Lac à Zurich et président de The Leading Hotels of the World, un groupement de 400 cinq étoiles dans le monde réuni au bord du Léman.

Andrea Kracht, propriétaire du Baur au Lac à Zurich et président de The Leading Hotels of the World, un groupement de 400 cinq étoiles dans le monde réuni au bord du Léman. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le monde du tourisme et de l’hébergement vit des heures sombres autour du globe si on pense au Mali, à l’Egypte ou à la France. L’hôtellerie de luxe, qui se développe à un rythme effréné et qui ne s’est jamais aussi bien portée, ne craint pourtant pas de pâtir des événements qui font l’actualité, selon Andrea Kracht, propriétaire du prestigieux Baur au Lac à Zurich et président de The Leading Hotels of the World.

Les managers de ce groupement de quelque 400 établissements cinq-étoiles, se sont réunis quatre jours durant dans les palaces de Lausanne et Montreux.

Entre attentats et crise…
«A Paris, c’est catastrophique, le tourisme s’est arrêté, se désole Andrea Kracht. La clientèle américaine, très sensible, est la première qui renonce à venir.» Il ne pense toutefois pas que la série noire actuelle touchera durablement l’industrie hôtelière haut de gamme. Sur la question de la sécurité, facteur capital, il relève que le niveau est déjà très élevé.

L’hôtellerie de luxe n’est par contre pas épargnée par la conjoncture. A la fin d’octobre, l’un des principaux indicateurs de tendance – établi sur la base de 4000 établissements dans le monde – montrait un recul global de 2,3% du chiffre d’affaires. Ceux appartenant à «la collection» The Leading Hotels of the World faisaient cependant sensiblement mieux, selon le président, puisqu’ils étaient, globalement, encore en progression de 1,6%.

Cette décélération ne devrait être que passagère selon l’hôtelier zurichois. Entre 2010 et 2014, le groupement a enregistré une croissance élevée de 46%, soit plus de 9% en moyenne. Durant cette période difficile pour l’Europe, les pays émergents ont continué de flamber. Une nouvelle clientèle, chinoise et indienne, voyage désormais en masse. Dans son propre hôtel de prestige, Andrea Kracht ne perçoit pourtant pas encore cette déferlante. Même si elle a les moyens de se payer un tel luxe, la clientèle des pays émergents est encore faible dit-il, ne représentant pas 1%.

… l’hôtellerie de luxe résiste
On sait pourtant que ces visiteurs dépensent beaucoup en Europe dans les produits de luxe, tels que montres et bijoux. Ce goût ne manque d’ailleurs pas d’éveiller des idées de synergies chez les hôteliers. Ceux-ci ont d’ailleurs invité à Lausanne Emmanuel Perrin de la maison Cartier.

Mais la mission première de The Leading Hotels of the World est de constituer un réseau qui concurrence les grandes chaînes pour attirer la clientèle. Cette société, qui a son siège à Lucerne, a été fondée en 1928 en Suisse, berceau de l’hôtellerie de luxe. Celle-ci souhaite aujourd’hui se concentrer sur les établissements indépendants y compris ceux dont le propriétaire ne compte que quelques enseignes, à l’image de la Fondation Sandoz, qui possède notamment le Beau-Rivage Palace et le Lausanne-Palace.

A l’origine, le groupement visait à acquérir une clientèle américaine aisée, nouvelle en Europe. Elle constitue d’ailleurs encore plus de 40% des clients. Le quartier général est ainsi situé à New York et compte 150 employés. Dans sa tâche de marketing, l’organisation compte également plus de 23 agences dans le monde entier. Mais aujourd’hui, naturellement, Internet et les nouvelles technologies sont les principaux outils de ce réseau.

Créé: 24.11.2015, 21h33

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.