Le café assure à Nestlé une croissance inépuisable

AlimentationSi les résultats 2017 ont été qualifiés d’insipides par les analystes, les marques de café du groupe affichent des ventes en hausse

Mark Schneider, CEO de Nestlé.

Mark Schneider, CEO de Nestlé. Image: REUTERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Passée relativement inaperçue en Suisse, la prise de participation majoritaire dans la société californienne Blue Bottle Coffee était dévoilée par Nestlé au début de l’automne dernier. Malgré la discrétion souhaitée par la multinationale concernant le montant investit, les estimations parues dans la presse parlaient de 410 millions de francs environ.

Ce montant (non confirmé par Nestlé) apparaît particulièrement conséquent pour une entreprise dont les revenus tourneraient autour des 25 à 30 millions de dollars. «Dépenser tant d’argent pour acheter Blue Bottle, alors qu’il réfléchit à se séparer de certaines de ses marques les moins saines, confirme que Nestlé considère le café comme une partie importante de sa transformation», expliquait au Figaro Matthew Barry, analyste boissons chez Euromonitor.

Stratégie du premium

Cette acquisition répond effectivement à plusieurs axes stratégiques défendus par Mark Schneider depuis son arrivée à la tête du groupe début 2017. La première étant naturellement de rester un acteur leader dans le domaine du café, malgré une concurrence très intense menée notamment par le fonds d’investissements JAB (marques Senseo, Tassimo, Carte Noire ou Keurig Green Mountain). Quant à l’autre axe, il se résume à miser sur la tendance des produits «Premium». Les cafés hauts de gamme torréfiés par Blue Bottle apparaissent en effet comme un excellent complément aux marques Nespresso et Nescafé Gold. Le fait est qu’avec la nourriture pour animaux (Purina Petcare), le café reste une forte source de croissance pour Nestlé.

Résultats 2017 insipides

Au-delà du café, les résultats annuels présentés jeudi à Vevey n’ont pas vraiment enchanté les investisseurs. En plus d’une chute du bénéfice net de 15,8% à 7,2 milliards de francs, Nestlé a déçu avec sa croissance organique de 2,4% et ses revenus de 89,8 milliards. Jean-Philippe Bertschy, analyste financier chez Vontobel parle ainsi de résultats insipides. «La principale source de déception concerne la croissance interne réelle du groupe au 4e trimestre», précise-t-il. Considérant qu’il s’agit seulement d’une année difficile de transition, l’analyste croit toutefois que Nestlé a su aborder les bons problèmes et que ses objectifs de croissance et de rentabilité pour 2020 restent réalistes.

Mark Schneider estimait jeudi être effectivement sur la bonne voie et cela malgré la rapidité avec laquelle l’industrie de l’agroalimentaire évolue actuellement, en se tournant notamment vers le bien-être et la santé. Malgré les tensions sociales (manifestation des employés de Galderma France devant le siège il y a une semaine) et les inquiétudes des salariés, le groupe compte poursuivre son programme de restructuration dont les coûts devraient atteindre 700 millions de francs en 2018. Naturellement, tout en confirmant que les axes de réorganisations sont déjà planifiés, Nestlé ne précise pas quels sites, filiales ou pays seront touchés. (TDG)

Créé: 15.02.2018, 22h07

Nestlé va-t-il rompre avec L’Oréal?

En ce qui concerne les premiers grands axes stratégiques de 2018, le groupe a fait le point sur le dossier L’Oréal. Jeudi, Mark Schneider a déclaré ne pas vouloir renouveler son pacte d’actionnaires liant Nestlé à la famille Bettencourt et arrivant à expiration le 21 mars 2018.

Se contentant de rappeler que L’Oréal «continue d’être un investissement important pour Nestlé», le patron n’a fait aucun commentaire quant à l’avenir des 23% des parts détenues par son groupe dans la marque de cosmétiques françaises. Mais désormais, comme l’annonce la multinationale, toutes les options sont ouvertes. O.W.

Articles en relation

Le bénéfice de Nestlé a perdu près de 16%

Alimentaire Le groupe alimentaire vaudois annonce jeudi avoir dégagé en 2017 un bénéfice net en baisse de 15,8% sur un an à 7,2 milliards de francs. Plus...

Pour réduire ses coûts, Nestlé rudoie son berceau suisse

Alimentation Après avoir été longtemps épargnée, la Suisse est touchée de plein fouet par la stratégie élaborée par Mark Schneider. Plus...

Nestlé se renforce dans la santé nutritionnelle

Suisse Nestlé s'apprête à racheter Atrium Innovations, basé au Québec, pour 2,25 milliards de francs. Plus...

Nestlé va supprimer 400 postes en France

Emploi Le numéro un mondial de l'alimentation veut regrouper sept sites autour de Paris en un seul. Des postes vont disparaître. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...