Boucher, version hipster

Nouvelle vagueLes boucheries peinent à recruter. Mais le métier n’a jamais été autant valorisé, grâce à la télévision et aux food trucks. Rencontre avec un représentant genevois de cette nouvelle vague.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les métiers de bouche sont en crise: cette année, trois jeunes seulement vont terminer leur apprentissage de boucher à Genève. «Il en faudrait au moins le double, déplore Bernard Menuz, président de la Société patronale genevoise des bouchers charcutiers. D’autant plus qu’une fois leur formation terminée, certains se détournent du métier. En conséquence, les boucheries sont de moins en moins motivées à former.»

S’ajoutent à cela des clichés qui ont la vie dure. «Trop souvent encore, les parents n’approuvent pas que leur enfant s’embarque dans ce secteur car ils gardent en tête l’image d’un boucher au gros ventre et au tablier rempli de sang, ce qui n’est absolument plus le cas aujourd’hui.»

Cela se confirme quand on rencontre Nicolas Ramel. La barbe parfaitement taillée, les cheveux châtain clair coiffés, le tablier noir noué autour de la taille, le chef boucher du restaurant The Hamburger Foundation accueille avec un large sourire. Et d’expliquer qu’il ne changerait de profession pour rien au monde: «On ne dirait pas à première vue, mais c’est un métier très varié.»

Le jeune homme originaire de Nyon a effectué son apprentissage et travaillé près de dix ans à la Boucherie du Palais, à Carouge. Jusqu’au jour où une requête un peu particulière lui est proposée: trois clients souhaitent recruter un boucher pour mettre au point la viande de hamburger «parfaite». Les quatre hommes se retrouvent alors durant des semaines pour définir la quantité de gras, la taille du hachage ou encore la quantité de sel irréprochable. Au bout de six mois, la recette est mise au point, et les premiers hamburgers vendus dans un food truck.

Cinq ans plus tard, The Hamburger Foundation, c’est deux restaurants et deux food trucks. Nicolas Ramel est devenu responsable boucherie et travaille dans le laboratoire de l’enseigne avec deux collègues. Commencer sa journée de travail à six heures du matin n’est pas un problème pour le jeune trentenaire qui s’enthousiasme: «C’est un plaisir de travailler ici car tout est frais et fait maison. À l’atelier de production, nous avons la main sur tout.» De quoi éveiller, espère-t-il, quelques vocations. (TDG)

Créé: 13.03.2018, 15h59

Nicolas Ramel, 30 ans, est le chef boucher de l’enseigne The Hamburger Foundation. (Image: Georges Cabrera)

La sélection digitale

Jonas Mouret, 26 ans
Le fondateur de Watcharch, un blog dédié à l’horlogerie de précision, utilise souvent Quick Collage pour réaliser des collages d’images «de manière extrêmement rapide». Il est aussi adepte de la version smartphone de la suite Adobe. «L’interface est un peu simplifiée, mais très bien adaptée à une utilisation sur portable.» Et pour se détendre, le jeune homme joue parfois à Dune, «un jeu d’habileté qui rappelle un peu les sensations du tennis».

Les bons plans

Vincent Ulrich, 25 ans
«C’est au Calamar que j’allais le plus souvent manger quand j’étais à l’Université», raconte Vincent Ulrich, fondateur de Titulaire.ch, une plate-forme d’actualités sportives. Le jeune journaliste s’y rend encore régulièrement, surtout pour les burgers et l’ambiance décontractée. L’après-midi, que ce soit pour un apéro ou pour lire un bouquin en sirotant une tasse de thé, il se dirige vers le Café du Lys. «Je prends souvent le «Gentleman à Deauville», un thé noir aux notes de chocolat.»
Autre coup de cœur: le restaurant La Désalpe, à la rue des Deux-Ponts. «C’est assez petit mais on peut aussi y aller sans réservation.» On y sert des spécialités suisses et françaises: en hiver, les röstis au fromage sont «un très bon choix». Et quand il s’agit de suivre des matches de hockey, il s’installe au McSorley’s, le steak house situé en plein cœur du Centre sportif des Vernets. Samedi soir, le Genevois sera dans le parterre nord de la patinoire pour soutenir les Aigles en quart de finale des play-off. Le commentaire radio du match sur Titulaire.ch sera assuré par ses collègues Klaus et Benjamin. Quant à Vincent, il terminera la soirée rue de l’École-de-Médecine, car «il y a toujours des supporters dans les parages».

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...