Feu vert au rachat d'Alstom par General Electric

EnergieLa France a autorisé mercredi le rachat des activités énergétiques d'Alstom par General Electric.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre de l'économie et de l'Industrie, Emmanuel Macron, a annoncé mercredi 05 novembre avoir autorisé le rachat de l'essentiel des activités énergétiques du groupe industriel français Alstom par l'américain General Electric. L'approbation était nécessaire à la réalisation de l'opération annoncée au printemps.

«Emmanuel Macron (...) a accordé aujourd'hui son autorisation à General Electric (GE) pour la réalisation de son projet d'investissement en France avec Alstom et la constitution d'une alliance industrielle entre les deux groupes dans le secteur de l'énergie», selon un communiqué de son ministère. «Cette autorisation était une étape nécessaire», est-il rappelé.

Bataille

En pleine bataille pour le rachat du pôle énergie d'Alstom, que convoitait également le tandem Siemens-Mitsubishi Heavy Industries, le gouvernement s'était doté le 14 mai d'un décret élargissant notamment à l'énergie et aux transports son droit de veto en cas de visées étrangères sur des entreprises stratégiques françaises.

Le conglomérat américain GE a mis 12,35 milliards d'euros (14,87 milliards de francs au cours actuel) sur la table pour racheter l'essentiel des activités énergétiques d'Alstom, qui représentent 70% du chiffre d'affaires du groupe français.

L'équipementier français, qui fabrique les TGV, créera aussi avec GE trois coentreprises détenues à parité dans les énergies renouvelables, les réseaux électriques et les turbines à vapeur. Dans le même temps, il va lui racheter son activité de signalisation ferroviaire pour renforcer son pôle transport, sur lequel il entend se recentrer à l'avenir.

Deux mois de rebondissement

Le projet d'alliance avait été scellé par un protocole d'accord signé le 21 juin par les deux groupes et l'Etat après deux mois de rebondissements et a été confirmé mardi par les parties prenantes, a souligné le ministère.

«Emmanuel Macron s'est assuré, avec vigilance, que les intérêts de l'Etat, la pérennité de la filière nucléaire et la sécurisation de l'approvisionnement énergétique de la France sont pleinement pris en compte dans cette opération», insiste le ministère dans le communiqué.

«Le nouveau groupe Alstom, par le biais de cette transaction, disposera de tous les moyens pour développer un champion français et européen dans le secteur des transports», ajoute-t-il.

Rachat de capital

L'Etat français s'est aussi donné 20 mois à partir de la clôture des opérations, attendue au premier semestre 2015, pour acquérir 20% du capital d'Alstom sur le marché ou auprès de Bouygues, principal actionnaire du groupe avec une part de 29,4%.

Dans l'intervalle, Bouygues a accordé un prêt de titres à l'Etat, qui permet à ce dernier d'avoir des relais au conseil d'administration et de peser sur la stratégie.

De son côté, Alstom, qui publiait ce mercredi les résultats du premier semestre de son exercice décalé 2014/2015, a indiqué avoir convoqué une assemblée générale de ses actionnaires le 19 décembre pour qu'ils se prononcent sur cette opération.

Le groupe industriel français, qui entend se recentrer sur les transports, a vu son bénéfice net chuter semestriel chuter de 32% à 255 millions d'euros, mais a dit s'attendre à une amélioration de sa rentabilité après la cession de l'essentiel de son pôle énergie à General Electric.

(afp/nxp)

Créé: 05.11.2014, 08h11

Articles en relation

Alstom retire son recours contre la commande CFF à Stadler Rail

Trafic ferroviaire L'équipementier français Alstom a pris la décision de ne plus s'opposer juridiquement à l'attribution par les CFF d'une commande géante de 29 trains à Stadler Rail. L'ex-régie reste toutefois sous la menace d'une plainte de l'espagnol Talgo. Plus...

Pour Alstom, les décisions ont été prises par Hollande

Energie L'accord auquel sont parvenus Alstom, General Electric et l'Etat français «me paraît répondre aux préoccupations de tous», a indiqué lundi le PDG d'Alstom Patrick Kron. Plus...

Pas d'inquiètudes pour les emplois d'Alstom en Suisse

Industrie Le projet d'alliance industriel du groupe français Alstom avec l'américain General Electric (GE), officialisé dimanche, n'inquiète pas outre mesure Johann Schneider-Ammann. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Niki Lauda
Plus...