Passer au contenu principal

BoucherieBell affiche des résultats en hausse en 2015

Le groupe bâlois de boucherie et de charcuterie a accru son bénéfice net de 8% à 94,8 millions de francs.

Bell s'attend à une année 2016 «exigeante», marquée par la hausse des prix des matières premières et l'intensification de la concurrence.
Bell s'attend à une année 2016 «exigeante», marquée par la hausse des prix des matières premières et l'intensification de la concurrence.
Keystone

Bell a affiché des résultats en croissance l'an dernier, dopés par la reprise du spécialiste des produits prêts à consommer Hilcona. Le bénéfice net a gagné 8% à 94,8 millions de francs. Le groupe bâlois de boucherie et de charcuterie, contrôlée par Coop, planifie un programme d'investissement substantiel en Suisse.

Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a grimpé de 10,6% par rapport à 2014 pour atteindre 123 millions de francs, a indiqué jeudi le groupe Bell. Une amélioration qui reflète notamment la première consolidation complète de Hilcona au 1er mai.

Déjà publié en janvier, le chiffre d'affaires du numéro un de la filière de la viande en Suisse a augmenté de 8,5% à 2,82 milliards. Pour l'ensemble du groupe, le volume des ventes s'est élevé à 275'308 tonnes ( 27,7 %), dont près de 60'000 tonnes de produits «convenance».

Dividende dopé

L'abandon du taux plancher a encore intensifié le phénomène du tourisme d«achat, non sans laisser des traces. Malgré les baisses de prix sur les matières premières, le groupe a pu accroître son rendement par une gestion des coûts et des gains de productivité.

En dépit d'un léger recul des ventes, Bell Allemagne a pu étoffer son résultat. Les activités de Bell International en France et en République tchèque n«ont pas répondu aux attentes, mais ont bien marché en Pologne et en Hongrie.

Fort de ce bilan, le conseil d'administration proposera une nouvelle augmentation du dividende au titre de l'exercice écoulé, de 5 francs à 70 francs par titre. Il recommande à la prochaine assemblée générale un fractionnement d'actions dans un rapport de 1 à 10 afin de faciliter les échanges, car la valeur de l'action a largement progressé, précise le communiqué.

Sites renforcés

Bell s'attend à une année 2016 «exigeante», marquée par la hausse des prix des matières premières et l'intensification de la concurrence. L'intégration des acquisitions, à savoir le spécialiste de la viande de volaille Huber et celui des salades Eisberg, ainsi que le renforcement de la production en Suisse font partie des priorités.

Les sites de Bâle et d'Oensingen (SO) vont ainsi bénéficier d'investissements se chiffrant en «centaines de millions». Dans la métropole rhénane, le groupe prévoit la construction de nouvelles usines pour les unités Charcuterie et Seafood ainsi qu'un bâtiment administratif. Les anciens locaux seront réutilisés ou cédés.

Le site soleurois accueillera lui de nouvelles infrastructures destinées à la transformation porcine et à la préparation des produits frais et congelés. L'usine existante sera agrandie. L'horizon de planification pour l'ensemble de ces projets s'étend entre 2016 et 2025.

Grâce aux reprises, les effectifs globaux de Bell ont franchi l'an dernier pour la première fois la barre des 8000 salariés. A fin décembre, l'entreprise comptait 8148 collaborateurs (contre 6299 une année plus tôt), dont 4557 en Suisse.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.