Une banque ferme son bureau à Genève

Hapoalim licencie 25 employés dans le canton. Le groupe israélien cherche également à vendre son bureau à Zurich

Yair Seroussi, président du conseil d'administration de la banque israélienne Hapoalim.

Yair Seroussi, président du conseil d'administration de la banque israélienne Hapoalim. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Changement de cap pour Hapoalim. Le principal établissement bancaire israélien entendrait vendre ses activités de banque privée à l’international, selon la presse israélienne. Ce qui passe par des mesures importantes à Luxembourg, Miami, en Amérique du Sud. Et en Suisse.

Hapoalim Suisse possède en effet des bureaux de banque privée à Genève et à Zurich. Selon nos informations, la maison a annoncé la fermeture de son bureau à Genève à ses employés. Vingt-cinq collaborateurs ont été informés de leur licenciement. Le signe que le groupe de Tel-Aviv n’a pas trouvé de repreneur? Joints, ses représentants n’ont pas eu le temps de répondre.

Selon la presse israélienne, des repreneurs potentiels auraient pourtant manifesté leur intérêt pour le segment mis à la vente par Hapoalim. Julius Baer, par exemple, qui ne souhaite pas commenter mais qui développe ses activités de banque privée. La maison zurichoise a récemment repris ce segment auprès de la banque Leumi, une autre maison israélienne.

A la fin de 2015, Hapoalim Suisse gérait des actifs à hauteur de 423 millions de dollars. Outre ses bureaux sur sol helvétique, cette division gère un office à Luxembourg et possède des représentations à Hongkong, en Israël et en Russie. L’an dernier, elle a dégagé un bénéfice brut de 11 millions de francs, en forte baisse. Le groupe n’est pas le seul à voir ses activités de banque privée souffrir, alors que les réglementations pèsent de plus en plus sur cette activité désormais coûteuse et que la plus-value que représentait jadis le secret bancaire helvétique a été sérieusement mise à mal.

Hapoalim a connu plus de succès à Miami, où sa succursale a été vendue à la Safra National Bank de New York pour 16,5 millions de dollars. Le transfert d’activité devrait être effectif d’ici au printemps, selon la banque israélienne. Sa division sud-américaine en Uruguay devrait par contre également fermer ses portes.

Le groupe fait l’objet d’une enquête de la part du fisc américain, qui soupçonne des ressortissants des Etats-Unis d’avoir utilisé ses services pour déroger à leur devoir de contribuable. Hapoalim, qui fait partie de la catégorie une du programme américain de régularisation fiscale, s’attend à une amende. Elle fait état d’une provision de 500 millions de dollars.

En 2015, le groupe Hapoalim recensait 11 930 salariés. Son chiffre d’affaires avoisinait les 14,5 milliards de shekels (soit 3,8 milliards de francs). L’établissement a été fondé en 1921 dans la capitale économique israélienne, Tel-Aviv.

Créé: 04.12.2016, 21h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...