Une start-up de l’EPFL lève 14 millions de francs

TechnologiePristem SA développe un appareil de radiologie numérique dont la robustesse lui permettra d’être utilisé dans les pays émergents.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après quelques mois de calme au sein du petit milieu des start-up romandes, la rentrée démarre en trombe avec la conclusion d’un tour de table de 14 millions de francs pour Pristem SA. Cette jeune pousse, fondée par Bertrand Klaiber et basée à l’EPFL, est l’un des premiers spin-offs issu d’un programme démarré en 2013. Baptisé «EssentialTech», il a pour objectif principal de «combiner développement technologique de haut niveau et modèle d’affaires innovant, afin de répondre à des besoins humains fondamentaux à grande échelle et lutter de manière durable contre la pauvreté».

Dans cette optique, Pristem a développé une machine de radiologie numérique particulièrement «robuste et économique» et dont l’une des particularités est de pouvoir fonctionner dans des pays pauvres où les infrastructures sont inadéquates aux nouvelles technologies. La start-up a également cherché à rendre l’appareil le plus abordable possible en en réduisant au maximum les coûts et cela tant pour sa mise en service, que sa maintenance.

Ce premier succès propre à au programme EssentialTech rendait son directeur Klaus Schönenberger particulièrement satisfait. «Je suis très heureux de constater le magnifique enthousiasme suscité par ce projet dans la communauté scientifique, estudiantine, et désormais financière. Cela témoigne de la même vision d’un accès universel aux technologies essentielles, et notamment médicales».

Grâce aux fonds levés auprès d’investisseurs suisses et africains, la start-up parle de recruter les ingénieurs nécessaires pour être prêt à commercialiser leur machine d’ici à deux ans. (TDG)

Créé: 29.08.2018, 10h08

Articles en relation

Une start-up lausannoise permet de consulter Wikipédia sans connexion

Innovation L’application Kiwix diffuse le savoir dans des pays où l’accès à Internet est peu répandu ou censuré. Et dans des prisons suisses. Plus...

Ces start-up qui aiguisent l’appétit des investisseurs

Innovation Les lauréats du concours «Venture 2018» sont actifs dans les techniques médicales. Plus...

Une start-up genevoise reçoit 130 000 francs

Entreprises Dotphoton a été primée pour sa technologie dans le domaine de la compression d’images Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...