Un grand patron de Zurich fustige les délocalisations

EmploisLes expériences du boss de Zurich Insurance Group pourraient faire progresser les négociations sur le sort d'ABB Sécheron.

Mario Greco, directeur général de Zurich Insurance Group.

Mario Greco, directeur général de Zurich Insurance Group.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le sort d’ABB Sécheron, filiale genevoise de la multinationale zurichoise ABB Ltd, inquiète une grande partie de Genève depuis le début du mois. Rappelons que la direction générale a annoncé un plan très dur aux 212 salariés actifs à Meyrin: la délocalisation à Lodz, en Pologne, de la production de transformateurs pour locomotives. Un tel projet causerait la suppression d’une centaine de postes chez ABB Sécheron. Nombre d’entreprises suisses, dans l’industrie et dans le secteur tertiaire, ont pris des mesures similaires au cours des cinq dernières années. L’abandon du cours plancher de l’euro par rapport au franc, le 15 janvier 2015, n’a probablement rien arrangé. Aujourd’hui, le directeur général de Zurich Insurance Group, Mario Greco, dénonce les méfaits des délocalisations.

«Au regard des intérêts d’une entreprise, délocaliser constitue une mesure complètement inappropriée. Cela ne fait que nuire à la firme et ne lui rapporte rien. Lorsqu’une société considère comme trop élevés les salaires pratiqués en Suisse, elle transfère des postes en Europe de l’Est où les rémunérations s’avèrent plus basses. Les différences de salaires disparaissent néanmoins après quelques années. L’entreprise concernée doit dès lors à nouveau délocaliser. Par exemple en Asie. Plus tard elle se déplacera peut-être en Afrique. Mais ce n’est pas durable. Une entreprise ne peut pas être gérée ainsi», estime le directeur général de Zurich Insurance Group.

Du fait de sa transparence, dimanche dernier dans l’hebdomadaire zurichois SonntagsBlick, Mario Greco a en plus prouvé qu’il savait de quoi il parlait. «Nous faisons revenir au sein de notre groupe des emplois et des savoir-faire que nous avions externalisés dans d’autres entreprises. Il s’agit de postes liés à l’informatique et à des fonctions purement administratives. Nous avons fait l’expérience que des externalisations, dans tous ces cas-là, n’apportait aucune plus-value. Ni pour notre société ni pour nos clients. La qualité des prestations de nos sous-traitants ne correspondait pas toujours à nos attentes.»

Le manager d’origine transalpine reconnaît que la majeure partie des externalisations et des délocalisations effectuées par Zurich Insurance Group avaient été dirigées vers l’Europe de l’Est. Mario Greco ne pourrait-il dès lors se profiler comme un expert utile aux partenaires sociaux négociant sur l’avenir d’ABB Sécheron? A l’instar du chef du Département genevois de l’économie et de la sécurité, Pierre Maudet, et des représentants du personnel. (TDG)

Créé: 27.11.2017, 11h30

Articles en relation

«ABB doit clarifier son projet industriel à Genève»

Industrie Après des premières discussions «intenses», Pierre Maudet attend des garanties quant à la survie de l’usine. Plus...

Le Grand Conseil vote son soutien à ABB Sécheron

Délocalisation Le parlement demande au Conseil d’État d’utiliser tous les moyens à disposition pour maintenir les emplois à Genève. Plus...

Accord surprise et reprise du travail chez ABB Sécheron

Menacée de délocalisation en Pologne, l'usine de Meyrin était figée depuis une semaine par la grève. Plus...

Plus de cent licenciements chez ABB Sécheron

Industrie La direction de la multinationale a annoncé la mauvaise nouvelle en début d'après-midi au personnel: plus d'une centaine de postes seront touchés sur deux ans. L'industrie genevoise est en état de choc Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...