Société condamnée pour avoir baissé le salaire de frontaliers

BâleEn 2010, une entreprise de Bâle-Campagne avait alors proposé à ses 120 employés frontaliers une réduction de 6% de leurs salaires. Elle motivait sa décision en invoquant la valorisation du franc face l'euro.

Licencier des frontaliers sous prétexte qu'ils refusent une baisse de salaires en raison des effets du franc fort revêt un caractère abusif.

Licencier des frontaliers sous prétexte qu'ils refusent une baisse de salaires en raison des effets du franc fort revêt un caractère abusif. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Licencier des frontaliers sous prétexte qu'ils refusent une baisse de salaires en raison des effets du franc fort revêt un caractère abusif. La procédure contrevient à l'accord sur la libre circulation des personnes avec l'UE, selon un tribunal bâlois.

Les faits concernés par le jugement du tribunal de district d'Arlesheim (BL) remontent à l'été 2010. Une entreprise de Bâle-Campagne avait alors proposé à ses 120 employés frontaliers une réduction de 6% de leurs salaires. Elle motivait sa décision en invoquant la valorisation du franc face l'euro.

Licenciement et nouveau contrat

Six collaborateurs frontaliers de la société Stöcklin Logistik, sise à Aesch (BL), avaient alors refusé de se soumettre à la mesure. Ils avaient reçu dans la foulée leur lettre de licenciement, en même temps qu'un nouveau contrat de travail leur octroyant un salaire moindre.

Les employés ont alors déposé plainte pour pratique abusive. Le tribunal d'Arlesheim leur a donné raison, à l'unanimité de ses trois juges. Le jugement s'appuie sur le fait que les salariés ont été victimes d'une discrimination par rapport aux travailleurs suisses de l'entreprise de par leur statut de frontaliers.

Satisfaction d'Unia

Une telle pratique est proscrite par l'accord sur la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE). Le jugement devrait faire jurisprudence.

Unia a immédiatement salué l'issue du procès. Pour le syndicat, il s'agit d'un jugement important pour la protection des droits des travailleurs, en particulier le fait que la variation des taux de change ne peut constituer un motif de baisse des salaires.

Plus loin, Unia exige de la part de Stöcklin, comme d'autres entreprises, un retrait de toutes les mesures discriminatoires à l'égard des travailleurs frontaliers. (ats/nxp)

Créé: 31.01.2012, 19h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Ukrainiens se choisissent un humoriste comme président
Plus...