Les frères artisans d’un pain gourmand sans gluten

Nouvelle vagueLassés d’une offre boulangère peu savoureuse pour les personnes intolérantes, Timothée et Michaël Chicouri ont créé Good Food Artisans, qui livre du pain à Genève.

L’entreprise de Timothée et Michaël Chicouri livre du pain frais et sans gluten à une vingtaine de restaurants et commerces de la région.

L’entreprise de Timothée et Michaël Chicouri livre du pain frais et sans gluten à une vingtaine de restaurants et commerces de la région. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Dans notre famille, tout le monde souffre d’une intolérance à une substance ou une autre.» Pour Timothée Chicouri, 30 ans, et son frère Michaël, 28 ans, ce sont les produits laitiers et le gluten. Un épuisement chronique avait poussé le cadet à s’intéresser en premier à l’influence de la nourriture sur son bien-être. «J’ai commencé par faire des recherches tout seul, avant de prendre rendez-vous avec une nutrithérapeute qui m’a fait changer mes habitudes alimentaires. Le début d’une nouvelle vie.»

Passionnés par le lien entre alimentation et santé, les deux frères parcourent le monde après leurs études à l’École hôtelière de Lausanne. Goa, New York, Paris: ils travaillent chacun de leur côté dans des enseignes de restauration saines et bio, avec l’objectif d’engranger un maximum d’expérience.

En 2016, Timothée et Michaël se retrouvent enfin dans la même ville, et au même moment. Leur aventure entrepreneuriale commune, qu’ils baptisent Good Food Artisans, peut débuter. «Nous n’avions pas forcément en tête de créer un business, notre intention était surtout de faciliter la vie des gens intolérants au gluten, note Michaël. Nous avons été tellement frustrés par les sorties au restaurant où nous devions nous contenter d’un mauvais plat parce qu’il n’y avait aucune alternative qui nous était destinée.» Et pourquoi avoir choisi le pain comme produit phare? «Du bon pain frais, c’est quelque chose qui nous manquait beaucoup. En plus, cela demande un certain savoir-faire, il y a une vraie valeur ajoutée en termes de travail.»

Consommateurs exigeants, ils le sont tout autant derrière les fourneaux: les trois types de pains qu’ils proposent sont préparés à base d’un assemblage de farines bio de riz, de sarrasin et de fécule de pomme de terre. Une exigence récompensée: depuis leur laboratoire de Corcelles-le-Jorat (VD), ils livrent aujourd’hui 1500 pains par mois à une vingtaine de restaurants et épiceries de la région. «Notre objectif est de tripler la production et de nous développer dans toute la Suisse.»

(TDG)

Créé: 06.03.2018, 11h56

La sélection digitale

Vincent Ottinger, 38 ans
Le consultant en sécurité et entrepreneur s’organise avec Agenda Business, compatible avec Outlook et Google Agenda, qui est «beaucoup plus évolué que le calendrier de base sous Android». Il apprécie aussi Twint, une app qui permet d’échanger de l’argent de manière instantanée et sans frais entre particuliers. Enfin, pour «relâcher son cerveau», Vincent joue à Two Dots, un puzzle game au design épuré.

Les bons plans

Charles Legrand, 28 ans
«J’ai besoin d’un expresso macchiato pour bien démarrer la journée», confie Charles, influenceur et cofondateur du blog lifestyle Elvira Abasova. Un rituel matinal qui prend en général place au Boréal Coffee Shop. Le point fort de cette enseigne: une équipe de baristas passionnés et un environnement laptop friendly. Un must pour tout nomade digital qui se respecte. Quand sonne l’heure du repas de midi, le Muller’s Factory est selon lui le meilleur endroit pour un lunch bon et rapide. «Ils sont spécialisés dans les crêpes salées et sucrées, je me laisse souvent tenter par la Médina.» Un peu plus tard dans l’après-midi, Charles fait régulièrement un crochet par le Green Gorilla Café. «L’endroit idéal pour se requinquer avec un jus pressé à froid ou un açaï bowl.» Les gourmands se régaleront au Colosseo, «un restaurant italien dans les règles de l’art». Lorsqu’il a du temps devant lui, ce passionné de lecture peut passer des heures dans l’ambiance feutrée d’une librairie. «Certains vont à l’église, moi je me rends chez Payot.» Le Genevois conseille également la très belle exposition Architectures de papier à la Galerie du Forum Meyrin, jusqu’au 24 mars.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Maldive, nouveau refuge de DAECH
Plus...