Le pétrolier Oryx licencie 40% de ses effectifs suisses

Chute du brutLes rendements des gisements exploités par le groupe présidé par Jean Claude Gandur seraient moins rentables que prévu.

Les bureaux d'Oryx Petroleum, au centre-ville de Genève.

Les bureaux d'Oryx Petroleum, au centre-ville de Genève. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Oryx Petroleum Services SA, la société genevoise du mécène du Musée d’art et d’histoire de Genève Jean Claude Gandur, est en souffrance. Vingt-six de ses employés au bout du lac ont été remerciés, selon des sources internes à l’entreprise. Oryx Petroleum recensait en décembre dernier 66 salariés au centre-ville.

La liste des personnes concernées par cette vague de licenciement — annoncée en plusieurs étapes en interne au cours du printemps — a été arrêtée à la fin juillet. Les personnes concernées sont soit parties soit elles effectuent leurs trois derniers mois au sein d’Oryx. La société, contactée vendredi par la Tribune de Genève, confirme ces mesures mais ne souhaite pas les commenter.

Ecroulement du pétrole
Oryx Petroleum serait-elle victime de la chute des cours du brut? La société créée en 2010 par le richissime entrepreneur vaudois — la fortune de Jean Claude Gandur est estimée à 2,1 milliards de dollars par le magazine Forbes — se spécialise dans l’exploration et la production pétrolière, en Afrique de l’Ouest et au Kurdistan irakien. Or le baril d’or noir s’échange actuellement à peine au-dessus des 40?dollars, contre une centaine un an plus tôt.

Les prix n’expliquent pas tout. Ces suppressions d’emplois seraient également expliquées par le fossé grandissant entre les dépenses et investissements débloqués par Oryx Petroleum et la production pétrolière — décevante — des gisements exploités.

Autre producteur de pétrole installé à Genève, Lundin Petroleum a, en revanche, rapporté de bons résultats semestriels début août. Le groupe vient d’annoncer la prochaine exploitation d’un gisement prometteur en Norvège.

Action en chute libre
Avec Oryx, Jean Claude Gandur, personnage central du monde du pétrole genevois, semblait vouloir réitérer la «success story» d’Addax Petroleum. L’ex-négociant avait réussi à vendre cette société pétrolière genevoise en 2009, au sommet du boom pétrolier, au groupe Sinopec pour 7,3 milliards de dollars. Passé sous giron chinois, Addax Petroleum a récemment déménagé ses bureaux de Florissant à Malagnou. Comme «Addax», le nom «Oryx» est inspiré d’une race d’antilope africaine.

L’aventure Oryx Petroleum avait été lancée après cette cession. Selon les rapports annuels publiés, les effectifs totaux de cette entité — présente à Genève, en Afrique et au Moyen-Orient — étaient passés de 39 en 2012 à 144?fin 2014. Les actionnaires avaient déjà senti le vent tourner. Coté à la bourse de Toronto, le titre du groupe s’est effondré en deux ans de 14?dollars à 0,85?dollar. (TDG)

Créé: 21.08.2015, 11h39

Les foreurs subissent le prix du brut

Oryx Petroleum n’est pas la seule société pétrolière à être secouée actuellement. Les restructurations dans le secteur abondent en effet. Début août, c’était au tour du groupe de services pétroliers britannique Wood d’annoncer la suppression de 5000 postes depuis décembre, soit une réduction de 13% de ses forces.

ExxonMobil a reporté en juillet ses plus faibles bénéfices trimestriels depuis 2009 et l’autre «major» américain Chevron ses plus mauvais profits en une décennie. Le géant BP a déploré pour sa part une perte de 5,3 milliards d’euros au deuxième trimestre.

Le groupe de services pétroliers franco-américain Schlumberger va lui supprimer au moins 120 postes en France, a-t-on appris en juillet. Sa direction a expliqué que la chute du prix du pétrole - tous invoquent la même raison - l’a conduit à adapter ses ressources à la baisse d’activité.

Articles en relation

Gandur ne mâche pas ses mots

Mécénat L’homme d’affaires et collectionneur vaudois Jean Claude Gandur sait aussi se montrer généreux. Entretien. Plus...

La Suisse touchée par la chute des prix du pétrole

Entreprises multinationales Compagnies pétrolières, industriels et négociants biffent des dizaines de milliers d’emplois. Plus...

L'époque des carburants bon marché est appelée à perdurer

Matières premières Sommet crucial des pays pétroliers, vendredi à Vienne. Le regard du bureau d'analyse Petromatrix sur la situation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...