La société vaudoise Sicpa sous enquête en Suisse pour corruption

JusticeUn ancien cadre a versé 15 millions de dollars de pots-de-vins pour décrocher un contrat au Brésil.

Les bâtiments de SICPA à Renens.

Les bâtiments de SICPA à Renens. Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fleuron de l’économie vaudoise, leader mondial des billets de banque et des systèmes de traçabilité, l'entreprise Sicpa est visée par une enquête pour corruption ouverte par le Ministère public de la Confédération (MPC). Ce dernier a confirmé jeudi la nouvelle révélée par la lettre d’information Gotham City.

L’enquête suisse vise Sicpa en tant que société, ainsi que deux personnes soupçonnées de corruption active d’agents étrangers, blanchiment d’argent ainsi que, pour l’une d’elles, abus de confiance et gestion déloyale. Le MPC précise avoir ouvert son enquête en 2015 et l’avoir étendue entre-temps à des versements corruptifs au Brésil.

Bières et boissons fraîches

La semaine dernière, Gotham City révélait déjà qu’un vice-président de Sicpa, Charles Finkel, avait été condamné à onze ans et demi de prison par un tribunal de Rio de Janeiro pour avoir corrompu un inspecteur des impôts brésiliens. Celui-ci aurait reçu, via une société de sa femme, près de 15 millions de dollars pour permettre à Sicpa d’emporter un contrat de marquage des bouteilles de bière et de boissons fraîches dans le pays d’Amérique latine. Conclu en 2008, ce contrat dit SICOBE, destiné à permettre la collecte de taxes sur ces boissons, valait près de 2 milliards de francs.

Selon sa biographie disponible sur Internet, Charles Finkel est Brésilien et a même été décoré par le président du pays «pour ses services dans le domaine de la sécurité et de la défense». Il aurait rapidement gravi les échelons chez Sicpa à partir de l’an 2000, obtenant «de nombreux contrats importants» pour la société suisse dans le domaine des systèmes de traçabilité pour les gouvernements. Il a ensuite siégé au comité stratégique du groupe à Lausanne. Durant son procès, il a invoqué pour sa défense le témoignage du patron de Sicpa, Philippe Amon.

On ignore l’identité des deux personnes visées aujourd’hui par la justice suisse. Le MPC précise en effet que Charles Finkel n’est pas la cible de son enquête, ce qui est logique puisqu’il a déjà été jugé au Brésil.

Articles inexacts

Contactée, l’entreprise déclare qu'elle «coopère» avec le MPC depuis le début de son enquête. Elle remet aussi en cause le rôle que Charles Finkel s'est attribué au sein de Sicpa: «Nous confirmons que M. Finkel a bien eu une fonction exécutive au sein de SICPA en Amérique du Nord, sans lien en revanche avec ses activités mises en cause au Brésil. Certains articles de la semaine dernière ont repris des descriptifs de son rôle qui étaient inexacts et dont la source était un site personnel de nature promotionnelle. A la suite de ces allégations SICPA s’est séparé de M. Finkel et bien que nous n’ayons pas eu connaissance de ses agissements nous avons entrepris une revue complète de nos procédures anti-corruption, que nous estimons au niveau des meilleures pratiques. (...) Nous tenons à souligner que l’enquête au Brésil n’a jamais abouti à des actions juridiques contre des employés ou d’autres personnes liées à SICPA.»

Selon la société, le contrat SICOBE a permis au Brésil d'augmenter les recettes fiscales du gouvernement sur la bière dont la production déclarée aurait augmenté de 20% entre 2009 et 2010, au début du programme. SICPA précise enfin qu'elle assure toujours le suivi du tabac au Brésil, un contrat qui court jusqu'en 2028.

Créé: 13.06.2019, 15h04

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...