Grosse saisie dans une société genevoise de Majid Pishyar

EconomieLe sort de la joaillerie Gilbert Albert SA inspire de plus en plus d’inquiétude

Majid Pishyar, Robert Hensler et Gilbert Albert lors du rachat de la joaillerie le 14 juin 2011.

Majid Pishyar, Robert Hensler et Gilbert Albert lors du rachat de la joaillerie le 14 juin 2011.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le sort de l’illustre joaillerie Gilbert Albert SA, entièrement contrôlée depuis 2011 par l’ex-président du Servette FC Majid Pishyar, inspire de plus en plus d’inquiétudes. L’administration zurichoise aurait saisi des bijoux d’une valeur totale d’environ 234’000 francs, samedi dernier, dans la boutique de la société sise au 10 de la Bahnhofstrasse.

En fait, cette opération se serait effectuée en deux temps. Le mercredi 17 octobre, deux représentants du bailleur, PSP Management AG, sont venus rendre visite au personnel du magasin. Invoquant un retard dans le paiement du loyer, ils auraient exigé le versement d’une somme de plus de 110’000 francs. Mais la direction a refusé d’obtempérer.

L’agence immobilière ne s’est pas laissé abattre. Ses représentants sont revenus le samedi au magasin du centre de Zurich et se seraient fait accompagner cette fois-ci d’agents de l’administration et de la police zurichoises. La saisie se serait alors déroulée sans encombre.

Contacté par nos soins, un dirigeant de Gilbert Albert SA nous a confirmé l’intervention des autorités, mais pas la valeur des objets saisis. «Celle-ci dépassait quoi qu’il en soit largement le montant de la somme réclamée par l’agence immobilière», nous a précisé ce responsable de la bijouterie.

La direction de Gilbert Albert SA nous a en outre assuré qu’elle n’accusait aucun retard dans le paiement de son loyer et que des discussions étaient en cours avec PSP Management AG. La situation paraît néanmoins fort délicate. D’autant plus que le bailleur de l’arcade zurichoise est aussi celui du quartier général à Genève, rue de la Corraterie.

Curieusement, Barbara Delsaux, la nouvelle administratrice de Gilbert Albert SA, nommée en juillet 2012, voyait récemment l’avenir de la joaillerie avec optimisme et ambition. «Majid Pishyar m’a choisie comme administratrice parce qu’il connaît la force de mes motivations Et ses investissements assureront la pérennité, puis la prospérité de l’entreprise», indiquait l’entrepreneure vaudoise.

Lors de notre entretien, Barbara Delsaux avait aussi évoqué le projet d’une grande opération de marketing à l’occasion du cinquantenaire de la marque Gilbert Albert, en mars prochain.

(TDG)

Créé: 24.10.2012, 18h19

Articles en relation

Des employés de Pishyar vivent un vrai calvaire

Economie L’ex-président du Servette FC continuerait d’aggraver ses retards dans le paiement de salaires Plus...

Barbara Delsaux

La Veveysanne Barbara Delsaux dirige depuis juillet dernier l’illustre joaillerie genevoise Gilbert Albert SA

L’ex-président du Servette FC, Majid Pishyar, avait choisi d’abord deux Genevois pour diriger sa société Gilbert Albert SA: l’avocat Robert Hensler, puis le journaliste Cédric Tonoli. Après la démission du premier, et deux mois après celle du second, il a nommé une Vaudoise comme administratrice: Barbara Delsaux.

Sa mission: revitaliser l’entreprise. Celle-ci souffre en effet depuis au moins deux ans. Lorsque Majid Pishyar en a pris les rênes, à la mi-avril 2011, Gilbert Albert SA comptait une vingtaine de collaborateurs. Ils sont moins de dix aujourd’hui. Et la chute du chiffre d’affaires continue.

Le personnel encore en fonction trouve une autre raison de s’inquiéter: l’homme d’affaires iranien, actionnaire unique de la société, ne s’acquitterait pas du prix à payer en cinq tranches pour son acquisition dans les délais prévus. Les termes de la transaction avaient été fixés avec l’artisan de renommée mondiale, Gilbert Albert, le 22 octobre 2010.

Tout cela ne diminue en rien la détermination de Barbara Delsaux. La juriste, mère de trois enfants, n’est pas une débutante dans le business. Même si elle ne connaît rien en bijouterie. En 2008, elle a lancé sa propre société à Vevey: La Cuillère suisse. Cette maison détient des recettes de chocolat haut de gamme et des designs d’emballage. Ces produits sont réalisés par des sous-traitants. Ph. R.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.