Firmenich lancera la construction de son «campus» dès janvier

IndustrieCent millions seront investis à Meyrin dans des bâtiments remplaçant la tour historique revendue à la Jonction.

Environ 20% des 7000 collaborateurs du groupe dans le monde sont basés à Genève.

Environ 20% des 7000 collaborateurs du groupe dans le monde sont basés à Genève. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des investissements plus que des recrutements. Ces douze derniers mois, Firmenich a alloué une enveloppe de 160 millions de francs à l’agrandissement d’une usine et de laboratoires à Genève mais n’y a guère étoffé ses effectifs.

400 personnes concernées

«La construction de notre campus démarre en janvier, nous l’avons annoncé il y a deux jours aux actionnaires», indique Gilbert Ghostine, directeur général de la multinationale, à l’occasion du point annuel sur son activité, jeudi.

En fait de «campus», point d’étudiants. Il s’agit d’accueillir les équipes logées dans les étages de la tour de la Jonction – notamment le plus grand centre de recherche du groupe – revendue pour 70 millions au Canton en janvier. Les 400 collaborateurs concernés rejoindront, à Meyrin, un nouvel immeuble accolé au bâtiment administratif actuel. Un pavillon sera également construit pour la cafétéria.

Effectifs stables à Genève

Ces investissements s’ajoutent aux 60 millions qui ont déjà été dépensés dans la modernisation de l’usine adjacente. Inaugurée il y a presque un an, c’est la plus importante parfumerie du groupe contrôlé par la famille Firmenich.

Environ 20% des 7000 collaborateurs du groupe dans le monde sont basés à Genève (autour de 1500 personnes). Si Firmenich recrute environ 600 personnes par an – pour remplacer les départs ou pour renforcer ses équipes – les effectifs genevois nets sont restés «stables» l’an dernier, admet la direction.

L’activité a continué de galoper de 4,4% sur l’année comptable achevée en juin dernier, pour atteindre un chiffre d’affaires de 3,4 milliards de francs. Soit 134 millions de ventes supplémentaires en douze mois. En 2016, les ventes du groupe fabriquant les parfums pour Gucci, Armani ou encore Calvin Klein avaient déjà bondi de plus de 8%.

Vers la menthe de l’Oregon

En un an, Firmenich a racheté deux sociétés, parmi lesquelles Essex Laboratories, premier producteur au monde de menthe naturelle – un ingrédient clef des dentifrices. Basée dans l’Oregon, l’entreprise emploie une centaine de collaborateurs.

Autre reprise américaine avec Agilex, une société qui fournit des fragrances à une clientèle de PME. «Dans la parfumerie, l’activité est beaucoup plus dispersée que dans les arômes et nous allons continuer de réaliser des rachats nous apportant ce type de clientèle», esquisse Gilbert Ghostine.

Ce dernier ne fournit aucune indication de rentabilité. A titre indicatif, Givaudan – un autre genevois, numéro un du secteur – a dégagé l’an dernier des marges bénéficiaires EBITDA de 24%, sur les 4,7 milliards de francs de ventes encaissées.

(TDG)

Créé: 05.10.2017, 22h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dénoncetonporc
Plus...