Passer au contenu principal

ManifestationDes employés de Tamedia montent à Zurich

Environ 150 journalistes de Lausanne et Genève ont manifesté vendredi à nouveau contre les plans d'économie de Tamedia. Ils ont accompagné une délégation qui doit rencontrer les propriétaires du groupe de presse.

Des journalistes romands et alémaniques apostrophent Pietro Supino, à son arrivée de l'assemblée générale des actionnaires.
Des journalistes romands et alémaniques apostrophent Pietro Supino, à son arrivée de l'assemblée générale des actionnaires.
Keystone
Pietro Supino, président du conseil d'administration ouvre l'assemblée générale des actionnaires à Zurich.
Pietro Supino, président du conseil d'administration ouvre l'assemblée générale des actionnaires à Zurich.
Keystone
Des journalistes de Tamedia publications romandes (Le Matin, Le Matin Dimanche, 24 heures, Femina, La Tribune de Geneve et 20 Minutes) manifestent leur mécontentement à la gare de Lausanne.
Des journalistes de Tamedia publications romandes (Le Matin, Le Matin Dimanche, 24 heures, Femina, La Tribune de Geneve et 20 Minutes) manifestent leur mécontentement à la gare de Lausanne.
Keystone
1 / 10

Environ 150 journalistes de Lausanne et Genève ont manifesté vendredi à la gare de Lausanne contre les plans d'économie de Tamedia. Une délégation a poursuivi le voyage jusqu'à Zurich où un journaliste prendra la parole lors de l'assemblée générale du groupe de presse.

«Les mots changent, la rapacité reste», «Tamedia tue vos médias» ou encore «Strukturbeitrag, 1, 2, 3, genug ist genug» (restructuration, 1, 2, 3, ça suffit), pouvait-on lire sur les manchettes brandies devant la gare. Une centaine de journalistes de Lausanne ont été rejoints en milieu de matinée par une quarantaine de Genevois.

Des orateurs ont dénoncé neuf licenciements prononcés cette semaine au sein d'une entité de Tamedia. «Genug ist genug. Vous avez détruit la confiance, vous avez détruit la passion qui est le moteur de la presse. Sans passion, pas de dividende», a affirmé le journaliste au Matin Ludovic Rocchi, qui doit parler plus tard à Zurich.

Un appel va être lancé aux actionnaires de Tamedia. Il leur sera demandé de rejeter la proposition d'un dividende de 4,50 francs par action et de n'accepter que la moitié. Les 2,50 francs qui restent devraient aller à un fonds pour le maintien des emplois et de la qualité des médias. Tamedia a suscité la colère en annonçant récemment un objectif de 34 millions de francs d'économie sur trois ans.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.