Seniors: le double langage des patrons

BILAND’un côté, les entreprises n’engagent plus passé 55 ans. De l’autre, elles réduisent leur contribution au financement des retraites anticipées.

Tout pousse les seniors à retarder au maximum leur départ de la vie professionnelle.

Tout pousse les seniors à retarder au maximum leur départ de la vie professionnelle. Image: Gabriele Putzu/TI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

PRENDRE SA RETRAITE avant l’âge réglementaire de 65 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes coûte de plus en plus cher! D’une part, les caisses de pension réduisent le taux de conversion s’appliquant à la partie obligatoire et surobligatoire de l’avoir vieillesse en raison de l’évolution démographique défavorable et des rendements financiers insuffisants découlant des taux d’intérêt négatifs. Et plus un collaborateur anticipe sa retraite, plus il est touché. Prenons une institution de prévoyance dont le taux de conversion est fixé à 5,8% pour un départ de la vie professionnelle à 65 ans. Si ses assurés quittent leur emploi trois ans ou cinq ans plus tôt, ce dernier est ramené respectivement à 5,35 et à 5,05%. En d’autres termes, une rente annuelle versée sur un capital de 500 000 francs chute de 29 000 francs à 65 ans à 26 750 francs à 62 ans et à 25 250 francs à 60 ans.

D’autre part, les entreprises privées et les collectivités publiques allègent, voire suppriment leur participation volontaire à la rente-pont jusqu’à la perception de l’AVS. Par exemple, Crédit Suisse a décidé de mettre fin à toute contribution, alors que la Confédération (à compter du 1er juillet prochain) fait de même pour ses employés partant en retraite avant 62 ans. Dans les deux cas, l’objectif est de réduire les charges. «C’est désormais aux collaborateurs de financer eux-mêmes la transition», constate Aldo Ferrari, vice-président du syndicat Unia.

Les sociétés sont également moins généreuses que jadis lorsqu’elles négocient des plans sociaux liés à des restructurations. Les faveurs offertes dans les années 1990 par les banques et les multinationales ne sont plus de mise. Roche, un des leaders mondiaux de la pharmacie, a ainsi réduit ses prestations en 2016 lorsqu’il a supprimé environ 190 emplois à Bâle.

De même, la question de la retraite anticipée se pose dans le cadre du renouvellement des conventions collectives de travail. Par exemple, elle est au cœur du conflit qui a éclaté dans la construction. Le vieillissement démographique menace la fondation de la branche qui finance les rentes transitoires perçues par les travailleurs du gros œuvre quittant la vie active dès 60 ans. D’un côté, le patronat postule soit le report du départ à la retraite à 62 ans sans diminution des rentes soit le maintien de l’âge à son niveau actuel avec une diminution de 20% des prestations. De l’autre, le syndicat Unia suggère de relever les cotisations, mais il conteste le relèvement de l’âge de la retraite.

Le vieillissement démographique menace la fondation de la branche qui finance les rentes transitoires

Selon Roland Bron, directeur pour la Suisse romande de la société de conseil VZ, la tendance est claire: «Le nombre de personnes qui profitent d’une retraite anticipée a déjà diminué et ce recul s’accentuera dans les prochaines années en raison de la baisse des rentes. Seuls les salariés disposant d’une épargne importante pourront quitter la vie professionnelle avant l’heure.»

L’annonce de nouveaux plans de prévoyance peut inciter les collaborateurs à quitter leur emploi avant que les conditions financières ne se détériorent trop. Dans le canton de Bâle-Campagne, l’Administration publique s’attendait à la démission d’environ 1000 fonctionnaires en raison de la baisse du taux de conversion qui s’accentuera dès 2019. Le même phénomène frappera les cantons romands dès que leurs caisses de pension s’engageront dans les réformes. Pour éviter de pénaliser les collaborateurs proches d’une préretraite, les employeurs prévoient toutefois une période transitoire.

La double peine

Aujourd’hui, les seniors sont soumis à une double pression. D’un côté, les entreprises les poussent à retarder au maximum leur départ de la vie professionnelle puisqu’elles ont tendance à réduire leur contribution au financement de la retraite anticipée. De l’autre, elles les rejettent de plus en plus. Le nombre de chômeurs âgés de plus de 55 ans a doublé depuis 2010. Et ces derniers peinent à retrouver un emploi: l’an dernier, leur part a atteint 44% en moyenne annuelle parmi les chômeurs de longue durée.

Pour Olivier Ferrari, fondateur de Coninco Explores in Finance, les entreprises n’ont aucune obligation légale de faciliter les retraites anticipées, mais elles ont néanmoins une responsabilité sociétale envers leur personnel: «Je leur suggère de remplacer un senior par l’engagement d’un jeune adulte sortant des études ou de l’apprentissage. L’économie réalisée sur les rémunérations leur permettrait de financer les rentes-ponts.»

Membre de la direction de l’Union patronale suisse, Marco Taddei reconnaît un certain paradoxe entre les difficultés des seniors chômeurs à retrouver un emploi et la baisse des prestations de la prévoyance vieillesse. «Une des solutions consiste à faciliter les carrières en arc qui permettent aux employés de réduire leur horaire tout en restant dans l’entreprise. La souplesse est indispensable, d’autant qu’une pénurie de main-d’œuvre menace le marché du travail helvétique avec le départ à la retraite des baby-boomers.»

De moins en moins de personnes vont partir en préretraite, prédit Roland Bron, de VZ.


Il y a une vie professionnelle après le travail

4145 retraités se sont déjà enregistrés sur la plateforme zurichoise rentarentner.ch (loue ton retraité). Un réparateur de télévision, un jardinier, ou même un conseiller coach de vie: les profils candidats retraités sont variés et certifiés par la plateforme. La rémunération tourne autour de 25 fr. l'heure. Le succès est tel que le site a lancé deux déclinaisons: un site de rencontres entre retraités et un site intergénérationnel pour les enfants à la recherche de grands-parents.

Retrouvez plus d'articles Bilan sur www.bilan.ch

(Bilan)

Créé: 15.05.2018, 09h47

Articles en relation

Des chômeurs de plus de 50 ans racontent leur galère

Travail Ils sont nés dans le canton, y ont travaillé toute leur vie et touché des salaires confortables. Mais tout a basculé après la cinquantaine lorsqu’ils ont été licenciés. Témoignages. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...