Passer au contenu principal

Nestlé prévoit de supprimer quelque 580 postes en Suisse

Le géant veveysan malmène une nouvelle fois son berceau suisse en restructurant ses services informatiques.

Sur les 10 100 salariés que compte l’entreprise dans le pays – dont 600 actifs dans les services concernés –, ce sont quelque 500 postes qui se retrouvent désormais menacés. Tous localisés sur Vevey, Lausanne et Bussigny.
Sur les 10 100 salariés que compte l’entreprise dans le pays – dont 600 actifs dans les services concernés –, ce sont quelque 500 postes qui se retrouvent désormais menacés. Tous localisés sur Vevey, Lausanne et Bussigny.
Keystone

«Il faut s’attendre à une vraie vague frappant les services informatiques basés en Suisse», avertissait il y a quelques mois dans nos pages un employé souhaitant rester anonyme. Ce dernier mentionnait alors la forte probabilité d’une vague de transferts vers Barcelone, ville où Nestlé a ouvert en 2016 un hub IT avec l’objectif d’en faire le principal pôle informatique du groupe.

Mais même si cette piste n’a cessé de se concrétiser de jour en jour, – notamment au vu du non-renouvellement de nombreux contrats avec des sous-traitants locaux –, le géant veveysan s’entêtait à simplement mentionner une étude de ses supports informatiques. «Elle est réalisée dans l’optique d’améliorer nos processus internes», expliquait une porte-parole tout en précisant bien que cette analyse n’était alors pas terminée. Aujourd’hui elle l’est et sa conclusion s’avère d’une rare violence pour la Suisse et le canton de Vaud.

Sur les 10 100 salariés que compte l’entreprise dans le pays, – dont 600 actifs dans les services concernés –, ce sont quelque 500 postes qui se retrouvent désormais menacés. Tous localisés sur Vevey, Lausanne et Bussigny. À cela s’ajoute en plus une nouvelle réorganisation au siège lausannoise de Nespresso. En tout, cette dernière touchera 80 personnes dont les postes seront délocalisés vers l’Italie et le Portugal. Pour le reste le groupe assure que les autres sites, notamment dans la production, ne sont pas concernés et que le groupe compte poursuivre ses investissements dans le pays.

Sans trop de surprise, c’est le nouveau centre espagnol du groupe qui bénéficiera majoritairement de la réorganisation des activités informatiques. «Barcelone offre un écosystème technologique et d’innovation reconnu et bien établi, avec des capacités de classe mondiale, notamment dans les domaines de la mobilité, du numérique et des nouvelles technologies», explique Nestlé.

Depuis plusieurs années, la Catalogne s’est émancipée de sa dépendance aux revenus touristiques en parvenant à attirer toute une pléthore de sociétés high-tech. En plus de leurs compétences reconnues, les informaticiens espagnols ont l’avantage d’être nombreux et surtout beaucoup moins chers.

Réorganisation à la chaîne

Les semaines passent et se ressemblent donc chez Nestlé au vu des annonces de réorganisation qui s’enchaînent. La semaine dernière, le groupe veveysan dévoilait par exemple son projet de regrouper sur un seul site lausannois ses deux unités de recherche (soit le Centre de recherche Nestlé et le Nestlé Institute of Health Sciences). Baptisé simplement Nestlé Research, ce nouveau centre devrait par contre inclure l’ensemble des salariés concernés, soit 800 personnes environ, et ne pas déboucher sur de la casse sociale.

Une chance que les spécialistes du chocolat n’ont pas eue à Broc. En février, la multinationale suisse confirmait dans nos pages la délocalisation vers l’Angleterre de son centre de recherches sur le chocolat. Même si le site de production en lui-même n’est pas touché, cette fermeture s’est conclue, début mai, par la disparition de 25 postes.

Nespresso à Vevey?

Le futur géographique de Nespresso reste également particulièrement incertain. À l’interne, l’on parle en tout cas d’une volonté globale de «reprise de contrôle» par la direction générale de sa filiale connue pourtant pour son indépendance d’action. Seule certitude, pour la seconde fois en quelques mois, son siège lausannois est victime d’une réorganisation.

L’annonce de la délocalisation probable d’environ 80 postes supplémentaires fait en effet suite au déménagement d’une septantaine de salariés de Lausanne à Romont quelques mois plus tôt. Tout cela sans compter la récente réorganisation des horaires des salariés qui ont fait hurler les syndicats (lire ci-contre).

L’avenir même du site lausannois est en jeu. «Le Temps» mentionnait en effet mardi l’existence d’un courrier circulant à l’interne et évoquant la résiliation du bail des bureaux de Bellerive pour le mois de juin 2019. «Nespresso a avisé le propriétaire actuel des locaux de son intention de déménager d’ici à juin 2019», confirme Nestlé. Cette dernière évoque d’abord un regroupement sur Horizon, son second site basé près de la gare de Lausanne. «Dans un second temps, Nespresso évalue l’option de déménager à Vevey d’ici à 2021, mais aucune décision définitive n’a été prise», précise le groupe.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.