Une école genevoise propose une nouvelle formation

Economie numérique Son objectif: que l'irruption des nouvelles technologies ne casse pas la relation entre entreprises et clientèle.

L’Ecole CREA INSEEC à Genève, à la route des Acacias.

L’Ecole CREA INSEEC à Genève, à la route des Acacias. Image: Google Street View

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Automobiles autonomes, réalité virtuelle, impression en 3D, maison intelligente, Big Data, Bitcoin, intelligence artificielle: la numérisation de la société s’accélère dans le cadre de cette quatrième révolution industrielle qui semble s’accélérer chaque jour davantage. Les rapides mutations attendues vont-elles déboucher sur des vagues entières de suppression d’emplois? Sondés par le WEF (World Economic Forum), près de 80% des 31'000 jeunes professionnels interrogés estiment que ces technologies vont davantage créer de l’emploi que le détruire.

Quoi qu’il en soit, les entreprises – comme les administrations – devront s’assurer que cette révolution digitale ne casse pas la relation qu’elles ont avec leurs clients ou administrés.

Afin de coller à cette tendance lourde, L’Ecole CREA INSEEC à Genève, du groupe d’enseignement supérieur INSEEC, propose, à la rentrée, un Master en Business Innovation (MBI) en anglais, destiné à des étudiants en activité professionnelle désireux d'innover dans leur carrière. Car, en fin de compte, qu’il passe par un canal classique ou digital, le produit comme le service doit bien être vendu.

«Le Web, les applications et la mobilité liée à l’utilisation de nos smartphones ont rendu possible une expérience client particulièrement fluide et rapide», note François Rodriguez, directeur de ce programme de formation. Ce MBI vise à développer de nouvelles compétences commerciales dans un marché global où l’offre est de plus en plus personnalisée. Les outils digitaux le permettent de plus en plus. «La formation vise à comprendre comment récupérer et exploiter les données qui sont à la croisée des interactions du produit ou du service avec l’utilisateur», ajoute François Rodriguez.

Créé: 29.08.2017, 10h10

Articles en relation

La révolution numérique menace plus d’un emploi industriel sur dix

Industrie suisse Alléchante en termes de productivité, Industrie 4.0 remet en question l’emploi de 50 000 Suisses. Plus...

La révolution digitale, une machine à tuer l’emploi

Forum de Davos Où trouver les postes de travail de demain, pour remplacer ceux qui vont disparaître dans le tourbillon du numérique? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Regula Rytz vise le siège d'Ignacio Cassis
Plus...