Unia et le Groupement transfrontalier traquent ensemble le dumping salarial

Marché du travailPour le syndicat Unia et le Groupement transfrontalier européen (GTE), «il faut que les travailleurs puissent être défendus d'une manière efficace». Ils viennent de signer une convention à cet effet.

Manifestation du syndicat Unia, à Bâle en 2011.

Manifestation du syndicat Unia, à Bâle en 2011. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le syndicat Unia et le Groupement transfrontalier européen (GTE) ont signé une convention pour mieux protéger les salariés de part et d'autre de l'Arc jurassien, en particulier les frontaliers. Ces associations entendent lutter contre le dumping salarial.

«Nous voulons offrir une réponse efficace à la mise en concurrence des travailleurs des deux côtés de la frontière», a expliqué lundi Pierluigi Fedele, secrétaire régional d'Unia Transjurane. Les deux signataires veulent souder les salariés résidents et frontaliers. On compte près de 150'000 frontaliers de St-Gingolph (VS) à Bâle.

Sous-enchère salariale

Pour Pierluigi Fedele, l'organisation des travailleurs frontaliers et résidents dans une structure syndicale forte est le «meilleur moyen de se défendre contre la sous-enchère salariale». Il estime que le salaire des frontaliers correspond en moyenne à 84% du salaire d'un Suisse.

«Il faut que les frontaliers puissent être défendus d'une manière efficace», a renchéri Catherine Laubscher, la secrétaire régionale d'Unia Neuchâtel. Unia affirme que la stratégie patronale vise à diviser les travailleurs selon leur origine, citant la situation qui prévaut à Genève.

Accord de collaboration

L'accord de partenariat conclu entre le GTE, association forte de quelque 35'000 adhérents, et les régions frontalières à la France d'Unia, prévoit un renforcement de la collaboration en matière de politique syndicale. Il s'agit aussi d'améliorer le service des conseils dans le domaine des assurances aux frontaliers.

Le président du GTE Michel Charrat a relevé que l'organisation va mettre à la mise à disposition d'Unia des locaux pour la tenue de permanences transfrontalières. Les deux partenaires veulent aussi apporter une réponse à ce qu'il considère comme une xénophobie rampante à l'égard des frontaliers.

Unia Genève a déjà signé une même convention collaboration il y a une année. (ats/nxp)

Créé: 30.04.2012, 14h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...