Emmanuel Macron séduit des entrepreneurs suisses

PolitiqueDans l’arc lémanique, le candidat à l’élection présidentielle dispose de relais dans la finance et l’industrie.

Emmanuel Macron, candidat d'En Marche! à l'élection présidentielle

Emmanuel Macron, candidat d'En Marche! à l'élection présidentielle Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moment où Emmanuel Macron a de fortes chances de devenir président de la France, de quels soutiens dispose-t-il en Suisse? Son mouvement rassemble déjà 1300 adhérents, indique Joachim Son, porte-parole d’En Marche! pour la Suisse. De nombreux chefs d’entreprise, souvent franco-suisses, rejoignent ce parti.

Parmi eux, l’entrepreneur genevois Yann Borgstedt, 45 ans. «Il représente le renouveau et la France en a besoin. Il a travaillé dans le secteur privé, il en connaît les problématiques», résume l’homme d’affaires. Qui ajoute: «J’ai notamment créé la Fondation Womanity, qui promeut l’égalité des chances entre hommes et femmes dans le monde entier. Et je soutiens logiquement Emmanuel Macron quand il décide que la moitié des 577 candidats que son mouvement va présenter aux législatives seront des femmes.»

Gérant de fortune de 48 ans, le Franco-Suisse Nicolas Lang a aussi adhéré à En Marche! «Je n’ai pas encore rencontré Emmanuel Macron. Mais j’ai lu ses idées, je l’ai écouté», indique ce financier qui ajoute s’engager pour la première fois de sa vie dans l’action politique. «Tous les hommes et les femmes politiques devraient d’abord passer par le secteur privé. En France, il existe une caste qui n’a jamais travaillé et n’a aucune idée de la vie réelle, de ce que vivent les gens». Et de lâcher: «Banquier ou plombier, peu importe!»

André Kudelski, en revanche, a rencontré l’homme politique français à plusieurs reprises et a eu l’opportunité de s’entretenir avec lui. «Ce qui m’a frappé, détaille l’industriel vaudois, c’est la qualité de ses idées, sa capacité d’écoute et sa volonté de s’affranchir des contraintes obsolètes. Son approche me séduit, elle est positive. Il reste fidèle à sa ligne non partisane et a évité d’hypothéquer sa marge de manœuvre future.»

Le président de Kudelski estime aussi que, «pour aller de l’avant, Il est prêt à remettre en question de façon pragmatique certaines choses, indépendamment des clivages politiques traditionnels. C’est sa force, mais il faudra qu’il arrive à trouver les majorités pour réformer de façon novatrice la France.»

André Kudelski et Emmanuel Macron ont participé en 2014 à la réunion annuelle du Club de Bilderberg, réunion internationale rassemblant la crème mondiale des partisans du libéralisme économique (lire ci-dessous).

Mais son heure de gloire, Macron l’a connue en 2012 comme banquier d’affaires chez Rothschild grâce à ses bonnes relations avec Peter Brabeck, patron de Nestlé. Le groupe veveysan, conseillé par la banque française, parvient ainsi à racheter, pour 11 milliards de francs, la division nutrition de Pfizer convoitée par Danone. Emmanuel Macron souffle ainsi la politesse à son rival, Mathieu Pigasse, associé chez Lazard, banque d’affaires conseillant Danone et surtout rivale de Rothschild. Emmanuel Macron et Peter Brabeck se sont alors réunis à plusieurs reprises, à Paris comme à Vevey.

Selon la journaliste Martine Orange, «il connaît bien la grammaire des affaires». Chez Rothschild, il a développé son entregent, la créativité financière, la mise en application de l’intelligence analytique. Pour l’économiste Jean-Marc Daniel, Emmanuel Macron est clairement soutenu par «le CAC-40» (les ténors de la Bourse de Paris) et incarne une gauche libérale décomplexée par rapport à l’argent, ce «mur d’argent» longtemps dénoncé, et représenté par les fameuses «200 familles» qui, il y a cent ans, faisaient la pluie et le beau temps dans l’Hexagone. Emmanuel Macron a appris à comprendre très rapidement les tenants et aboutissants d’une transaction. A entretenir ses réseaux. A se retrouver au bon endroit au bon moment.

*Martine Orange, Rothschild. Une banque au pouvoir, Ed. Albin Michel, 2012.

*Jean-Marc Daniel, Valls, Macron. Les socialistes de l’excellence, Editions François Bourin, 2016.


Ses parrains et ses réseaux

Comme en politique, Emmanuel Macron a bénéficié de soutiens importants de la part des milieux économiques, au plus haut niveau. C’est au sein d’un cénacle de l’un de ses parrains du monde des affaires, Jacques Attali, qu’il rencontre Peter Brabeck en 2010, alors patron de Nestlé. Considéré comme le bras droit de David de Rothschild, François Henrot le recrute en 2009, avant de le nommer associé, à la fin de 2010, à 33 ans. A la fin du mois de mai 2014, alors qu’il est secrétaire général à l’Elysée, il est invité à participer au Club de Bilderberg, un cercle très discret regroupant une fois par an 120 grands décideurs du monde entier issus de la finance, de l’industrie et de la politique. Moins de trois mois après, il est nommé ministre de l’Economie en remplacement d’Arnaud Montebourg, tombé en disgrâce. Bilderberg est présidé par Henri de Castries, successeur de Claude Bébéar à la tête de l’assureur AXA. Longtemps surnommé le «parrain du capitalisme français», Claude Bébéar a fondé l’Institut Montaigne, un «think tank» prônant le libéralisme économique, présidé par Henri de Castries et dirigé par le Français Laurent Bigorgne. En juin 2015, le Club de Bilderberg se réunit à Telfs-Buchen, en Autriche, sans la présence de Macron mais avec celle de Laurent Bigorgne. Selon Mediapart, le siège social d’En Marche! a d’abord été situé au domicile privé de Laurent Bigorgne. Emmanuel Macron fait aussi partie des «Young Global Leaders» du Forum de Davos. En janvier 2016, il y fait sensation: «Je ne suis pas venu ici à Davos pour spéculer sur le niveau de soutien politique dont je peux bénéficier, ni pour penser mais pour pousser en avant la France.» Les médias anglo-saxons sont séduits. R.R. (TDG)

Créé: 02.05.2017, 22h56

Articles en relation

Qui peut perdre lors du duel télévisé Macron-Le Pen?

Présidentielle Les deux finalistes vont s'affronter dans le cadre du traditionnel débat télévisé. Un rendez-vous qui s'inscrit dans un contexte tendu. Plus...

La tête chercheuse de Macron en Suisse

Politique Brillante physicienne, Farah Hariri, 30 ans, conseille le mouvement En Marche! sur sa stratégie énergétique. Plus...

Pour Macron, Le Pen c’est «la haine» et «l’anti-France!»

Présidentielle française Le candidat d’En Marche s’est montré pugnace ce lundi à Paris. A la Villette, Emmanuel Macron a attaqué le programme de son adversaire. Et il s’est présenté en protecteur de la «démocratie libre». Plus...

«On s’est presque investi comme pour des élections locales»

Mobilisation La présidentielle s'invite dans les rues genevoises, qui accueillent des stands de soutien à Emmanuel Macron. Joachim Son-Forget, référant d’En Marche! pour les Français de Suisse, répond à nos questions. Plus...

Abstention et reports font planer un doute sur le vote

Présidentielle française Emmanuel Macron est-il sûr de l’emporter? L’abstention et le vote des déçus du premier tour créent des incertitudes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...