Passer au contenu principal

Addax Petroleum mise en prévention

Nouveau rebondissement, la Tribune de Genève apprend que la société pétrolière genevoise est également poursuivie par la justice genevoise.

CEO de la firme, le Chinois Yi Zhang a été libéré mardi.
CEO de la firme, le Chinois Yi Zhang a été libéré mardi.
Olivier Vogelsang

Depuis des jours une question se pose concernant le scandale de corruption planant autour d'Addax Petroleum. Pourquoi la société pétrolière genevoise, rachetée pour 8 milliards de francs par le géant chinois Sinopec, ne se porte-t-elle pas partie civile afin de protéger ses arrières?

Finalement, il s’avère en fait que l’entreprise est également prévenue dans la procédure en sa qualité d’entreprise. Une information confirmée par un porte-parole du Ministère public genevois. «Cette pratique de s’attaquer aux entreprises est de plus en plus courante», explique une source proche du dossier.

Libération des deux dirigeants

L'autre actualité du jour concerne les deux dirigeants de la société pétrolière genevoise interpellés au mois de mars, puisque les deux hommes ne dorment désormais plus à Champ-Dollon. Leur demande de libération provisoire a en effet finalement été acceptée par la justice genevoise.

CEO de la firme, le Chinois Yi Zhang a été libéré mardi. «Mon mandant est satisfait de ce que le Ministère public ait accueilli favorablement sa demande de mise en liberté. Il entend maintenant démontrer que les charges portées à son encontre sont infondées et réserve, pour le surplus, ses commentaires à la justice», déclare son avocat, Me Saverio Lembo. Quant au directeur juridique, Guus Klusener, il a pu quitter la prison genevoise vendredi dernier, nous a confirmé son défenseur, Me Vincent Spira. Mon client «conteste les charges qui pèsent contre lui» résume-t-il sans plus de commentaires.

Ces deux libérations provisoires ont toutefois été adjointes de mesures de substitution qui devraient permettre d'éviter tout risque de fuite du pays (par confiscation du passeport) et de collusion (par interdiction formelle de communiquer avec leurs employés), les deux raisons à l'origine de leur détention préventive décidée par la justice genevoise. Quant aux cautions versées, les montants s'élèvent à 500 000 francs et un million. Le secret de l'instruction empêche toutefois de savoir qui a payé quoi.

Paiements douteux signalés par Deloitte

Rappelons qu'à la fin d’octobre 2016, Addax Petroleum Holding Ltd annonçait qu’elle mettait un terme à ses relations avec Deloitte, son auditeur depuis 2005. Dans une déclaration datée du 16 décembre 2016 et dont ce journal avait pu obtenir une copie, Deloitte revient sur les raisons qui auraient poussé la société genevoise rachetée en 2009 pour 8 milliards de francs par le géant chinois Sinopec à renoncer à ses services. Les conclusions sont explosives!

Le cabinet britannique fait notamment mention de paiements douteux. «Nous avons identifié un nombre de versements pour lesquels nous n’avons pu obtenir d’explications satisfaisantes ou de preuves suffisantes concernant leur justification et leur validité», peut-on lire dans le rapport.

Deux paiements sont spécifiquement évoqués. Le premier fait allusion à plus de 20 millions de dollars enregistrés par le groupe comme frais juridiques versés à plusieurs conseillers au Nigeria et aux Etats-Unis, et cela en provenance de comptes bancaires basés dans le pays africain et à l’île de Man. Deloitte assure ne pas être parvenu à établir clairement quels services ont été fournis pour de tels montants.

Ces faits ont été rendus publics, dans nos colonnes, le 21 février dernier. Le 25 mars, on apprenait l'arrestation de Yi Zhang, survenues plusieurs jours après celle de son directeur juridique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.