Les détaillants souffrent et misent à fond sur la formation

DistributionDenner se positionne relativement peu sur la Toile, mais mise à fond sur ses prix et la formation de ses apprentis. Démonstration à Lausanne.

Denner place chaque année deux de ses magasins entièrement sous la responsabilité d’apprentis, pendant un mois. Cette semaine, la «Succursale des apprentis» commence à Romanel-sur-Lausanne.

Denner place chaque année deux de ses magasins entièrement sous la responsabilité d’apprentis, pendant un mois. Cette semaine, la «Succursale des apprentis» commence à Romanel-sur-Lausanne. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le commerce de détail helvétique traverse une période tristounette, pour ne pas dire sombre. Depuis 2010, le chiffre d’affaires de la branche oscille entre la baisse et la stagnation. En 2015, année commençant avec l’abandon du cours plancher de l’euro par rapport au franc à 1,20, le recul des ventes a atteint 2,2%. Puis 1,5% un an plus tard. L’exercice en cours s’annonce lui aussi difficile puisqu’une baisse des recettes de 0,3% a été observée au cours des cinq premiers mois, selon Thomas Hochreutener, directeur pour le secteur commercial à l’institut de recherche conjoncturelle nidwaldien GfK Switzerland AG.

La portée socio-économique de ces tendances s’avère non négligeable. Les 3800 entreprises membres de l’association CommerceSuisse assurent en effet 15% des emplois existants en Suisse. Leur contribution au PIB (produit intérieur brut) avoisinerait les 40%. Et ils formeraient actuellement 38'000 appentis, dont 1400 terminant leur formation dans le commerce de détail. Parmi ces derniers, les experts de CommerceSuisse ont élu au début du mois les trois meilleurs de la volée 2017 : Rowena Tschan, de Coop, Marcia Kleiber, de Valora, et Mégane Villemin de Coop.

Au-delà de ces lauréats, Denner AG, filiale de la Fédération des coopératives Migros, se distingue aussi en matière de formation. Depuis sept ans, le discounter zurichois place chaque année deux de ses magasins entièrement sous la responsabilité d’apprentis, pendant un mois. Cette semaine, l’expérience «Succursale des apprentis» commence à Romanel-sur-Lausanne avec 9 arpètes, âgés de 17 à 21 ans: deux filles et sept garçons. Entretien avec le gérant Mathias Suardi, apprenti de 3e année dans le canton de Vaud, et son adjoint Antonio de Luca, apprenti de deuxième année dans le canton de Neuchâtel.

Du 8 novembre au 6 décembre vous êtes livrés à vous-mêmes à la tête de ce magasin de 640 mètres carrés. Qu’est-ce qui vous motive?

Nous nous entendons très bien. Nous gérons tout nous-mêmes. Même le planning, les factures et les relations avec les fournisseurs. Pendant un mois, nous n’avons plus de contact avec nos maîtres d’apprentissage. La confiance règne entre nous et la direction. C’est vraiment cool et nous avons des objectifs sérieux: le rendement, l’autonomie et de bons souvenirs. En cas de besoin, nous pouvons compter sur l’appui de la gérante formatrice: Helena Aniceto Clavijo aligne trente ans d’expérience dans la vente et cinq ans dans la direction de magasins chez Denner.

Votre directeur général, Mario Irminger, assume un positionnement relativement faible de Denner sur le Net et rappelle que 99% des achats alimentaires se font encore dans les magasins traditionnels en Suisse. Votre patron vous paraît-il un brin ringard?

Absolument pas! Le positionnement stratégique de Denner nous paraît génial. Son vaste réseau de 800 succursales nous permet d’être à proximité de presque tous les habitants du pays. L’achat de nourriture ne s’effectue en outre pas comme les emplettes vestimentaires. Les aliments nécessitent à chaque fois un contrôle attentif de la qualité. A cela s’ajoute, pour certains clients, la volonté ou le besoin d’entrer en contact avec le personnel. Et, dans nos métiers de la vente, prendre soin de la qualité des relations avec chaque client constitue justement une de nos grandes motivations. Des visiteurs nous confirment d’ailleurs déjà qu’il s’agit d’un véritable atout commercial.

Mario Irminger prête une grande attention aux coûts du personnel. Etes-vous optimistes quant à vos chances d’obtenir des augmentations?

Nous ne nous posons pas vraiment cette question. Mais nous comptons certes progresser dans notre carrière avec des rémunérations satisfaisantes. Nous avons en plus confiance en l’avenir en travaillant chez Denner. Cette entreprise forme des cadres et les garde. Après la direction d’un premier magasin, nous continuerons à progresser dans ses rangs.

En dirigeant le Denner de Romanel-sur-Lausanne, quelle est l’enseigne que vous percevez le plus comme un concurrent?

Nous nous efforçons de faire plus de chiffre que les autres détaillants, mais avant tout en cherchant à fidéliser chaque client. Il s’agit de lui faire plaisir pour qu’il revienne. En ce sens, la succursale des apprentis de Romanel-sur-Lausanne fait déjà mieux que beaucoup de ses concurrents. Notre expérience démontre en plus les réelles volontés formatrices de notre employeur. C’est un atout décisif face à la concurrence. (TDG)

Créé: 10.11.2017, 16h25

Articles en relation

Denner croit toujours aux bons vieux magasins

Commerce Le CEO du 3e détaillant suisse ne nie pas les difficultés du moment, tout en se positionnant encore très peu sur la Toile. Plus...

Philippe Gaydoul voit les détaillants en grave crise

Distribution Le président de Navyboot et ancien propriétaire de Denner peint le diable sur la muraille. Un spécialiste tempère ses propos. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Merkel échoue à former une coalition
Plus...