Les députés vont croiser le fer sur la nouvelle RIE III

SuisseLe compromis élaboré par le Conseil des Etats, notamment en intégrant l'AVS, pourrait être fortement ébranlé voire mis à bas, mercredi.

Le chef du groupe parlementaire Thomas Aeschi s'est exprimé sur la réforme ce mardi 11 septembre devant la presse.

Le chef du groupe parlementaire Thomas Aeschi s'est exprimé sur la réforme ce mardi 11 septembre devant la presse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le cœur du projet reste le même. Les statuts spéciaux accordés aux multinationales sont abolis et remplacés par des allègements fiscaux dont profitent toutes les entreprises. Certains, l'UDC, le PVL et le PBD en tête, souhaiteraient en rester là.

L'UDC va tenter le coup en demandant de renvoyer le dossier en commission pour qu'elle revienne avec un projet «allégé» (suppression des statuts spéciaux, quelques allègements appliqué de manière volontaire par les cantons). Mardi devant la presse, le chef du groupe parlementaire Thomas Aeschi a rappelé l'opposition des démocrates du centre à un «marchandage inacceptable».

La première mouture - la «RIE III» - ayant échoué devant le peuple, la nécessité de prévoir une compensation sociale s'est progressivement imposée. Un des points phares du compromis du Conseil des Etats est d'incorporer dans le projet un coup de pouce financier à l'AVS de quelque deux milliards de francs.

Au National, cette association pourrait mal passer. Les Verts veulent deux projets distincts mais liés afin qu'en cas de votation, les citoyens puissent se prononcer séparément sur les deux volets. Ils pourraient recevoir un soutien tactique de ceux qui veulent tordre le cou à tout le pan AVS. Autre option présentée par le PVL: séparer clairement les deux projets.

Les différentes mesures concernant le 1er pilier seront aussi âprement discutées, la droite souhaitant corriger le tir. L'UDC veut par exemple y ajouter une hausse de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans. Le parti propose même un tout autre modèle de compensation: couper dans l'aide aux sans-papiers, dans l'asile et dans l'aide au développement.

Tous les points contestés

Tous les points de la réforme seront contestés. Que ce soient ceux inclus dans le compromis sénatorial (relèvement moindre de l'imposition des dividendes, introduction d'une déduction pour autofinancement à Zurich, révision de principe de l'apport de capital pour atténuer les conséquences de la précédente réforme) ou ceux prévus de longue date comme la «patent box».

La gauche, qui craint que les allègements ne débouchent sur une concurrence fiscale néfaste entre cantons, va essayer d'en limiter autant que possible la portée. Quelques francs-tireurs pourraient jouer les jusqu'au-boutistes. La droite va plutôt défendre les allègements. L'UDC veut aussi introduire d'autres baisses d'impôts aux entreprises et aux particuliers.

Les députés croiseront également le fer sur la hausse de la part cantonale de l'impôt fédéral direct prévue pour «indemniser» les cantons des pertes liées aux baisses du taux d'imposition du bénéfice des entreprises.

Somme de mécontents

Les mécontentements pourraient croître au fil des débats et des décisions prises. Au dernier vote sur l'ensemble, un «non» n'est pas exclu. En commission préparatoire, il s'en était fallu d'une voix. Si le National devait s'aligner sur le Conseil des Etats, 31 élus UDC contre 13 estiment qu'il faut rejeter tout le projet, a indiqué Thomas Aeschi.

Un échec à ce stade nécessiterait de repartir de zéro. Il est prévu de finaliser le projet durant cette session pour qu'une votation puisse se tenir au début de l'année prochaine. La pression internationale pour la suppression des statuts spéciaux est forte. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2018, 18h28

Articles en relation

La nouvelle RIE III revient, plus sociale

Suisse Un compromis de grande ampleur, liant impôts et AVS, pourrait sauver la réforme de l'imposition des entreprises d'un nouveau naufrage. La Chambre haute étudie une nouvelle mouture. Plus...

Le Projet fiscal 17 aura de nombreux impacts

Suisse Afin de compenser la réduction du taux d'imposition des bénéfices des entreprises, le Projet fiscal 17 prévoit de relever la part cantonale aux recettes de l'impôt fédéral direct. Plus...

Projet fiscal 17: baisse d'impôt et plus de social

Fribourg Le Conseil d'Etat veut baisser l'imposition des bénéfices à 13,72%, contre 19,86% actuellement et mettre en oeuvre de fortes mesures sociales. Plus...

Fiscalité des entreprises: vers une hausse de la TVA

Suisse Le Conseil national s'est penché mercredi sur le compromis proposé par le Conseil des Etats sur la réforme de l'imposition des entreprises. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...