Credit Suisse a renoué avec les profits en 2018

BanquesLe numéro de la branche bancaire en Suisse a signé en 2018 un bénéfice net de 2,06 milliards de francs, contre une perte de 983 millions l'année précédente.

Credit Suisse a publié comme prévu des chiffres noirs pour son exercice 2018.

Credit Suisse a publié comme prévu des chiffres noirs pour son exercice 2018. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Credit Suisse met un point final à sa phase de restructuration de trois ans en retrouvant les chiffres noirs. La grande banque a dépassé les deux milliards de bénéfice en 2018 et bien traversé un quatrième trimestre de tous les dangers. Les premières semaines de l'exercice en cours poussent à l'optimisme.

Pour 2018, le bénéfice net s'est inscrit à 2,06 milliards de francs, à comparer à la perte de 983 millions de l'année précédente, causée par la réforme fiscale américaine, indique jeudi le numéro deux bancaire helvétique.

Le conseil d'administration propose de verser un dividende relevé de 5% à 0,2625 franc par action, contre 0,25 francs au titre de 2017. Les analystes tablaient toutefois en moyenne sur une rémunération de 0,29 franc par nominative. «Les investisseurs ne vont pas apprécier», a averti la Banque cantonale de Zurich.

Dividende ou pas, le titre était sanctionné à la Bourse. A 11h45, la nominative Credit Suisse perdait 1,6% à 11,82 francs, dans un SMI en hausse de 0,57%.

Pour Tidjane Thiam, engagé en 2015 pour redresser la banque, la mission de restructuration est accomplie. «Ces objectifs ont été largement atteints et notre performance au quatrième trimestre, notre meilleur quatrième trimestre depuis 2013, montre à quel point la banque a changé depuis 2015», affirme le directeur général, cité dans le communiqué.

Au quatrième trimestre, le bénéfice net s'est établi à 292 millions de francs, contre une perte de 2,13 milliards douze mois auparavant. Le bénéfice avant impôts a été multiplié par plus que quatre à 628 millions. Le produit d'exploitation a reculé de 7% à 4,80 milliards.

Les recettes mises à part, la grande banque a dépassé les prévisions des analystes lors du dernier partiel, caractérisé par une chute historique des marchés financiers en décembre.

Asie-Pacifique à la peine

Au quatrième trimestre, les afflux nets d'argent se sont élevés à 0,5 milliard, contre 15,7 milliards au troisième. La masse sous gestion s'est étiolée de 4,1% sur trois mois, à 1347,3 milliards, plombée par la mauvaise tenue des marchés financiers et les effets de change.

La collecte d'argent est faible, mais clairement meilleure que celle des concurrents, affirme la Banque cantonale de Zurich.

Dans la gestion de fortune, priorité stratégique de Credit Suisse, l'unité International Wealth Management a connu une bonne croissance des recettes et une envolée du résultat avant impôts.

Le bilan est nettement moins bon dans la région Asie-Pacifique, très importante au niveau de la gestion de fortune. La division dédiée a connu une chute des recettes et de la rentabilité. La collecte s'est révélée moins fructueuse qu'au troisième trimestre à 1,2 milliard.

Sur l'ensemble des activités de gestion de fortune du groupe, la masse sous gestion s'est étiolée de 1,9% à 757 milliards de francs, malgré des entrées nettes de fonds de 34 milliards. Pour cette ligne de métier également, les effets marché (-36 milliards) et de change (-13 milliards) ont érodé les volumes.

Retour à la normale

La division de banque d'affaires Global Markets, au coeur de la restructuration entamée en 2015, a également laissé quelques plumes au dernier partiel. Les revenus ont plongé de 17%. La perte avant impôts est restée stable sur un an.

Les différentes divisions ont satisfait ou dépassé les attentes sur le dernier partiel. L'unité Global Markets s'est inscrite légèrement en dessous du consensus AWP.

Après un dernier trimestre mouvementé, Credit Suisse affirme que la situation s'est améliorée, avec des signes de normalisation sur les six premières semaines de 2019.

Dans la gestion de fortune, activité stratégique, les recettes sont plus «stables et récurrentes», explique le communiqué qui ne contient pas de prévision chiffrée.

L'assemblée générale du 26 avril devra se prononcer sur les candidatures de Christian Gellerstad et Shan Li au conseil d'administration. Andreas Koopmann ne briguera pas un nouveau mandat.

Alexandre Zeller, nommé associé-gérant de la banque privée genevoise Lombard Odier à compter du 1er mars, va quant à lui quitter l'organe de surveillance le 28 février. (ats/nxp)

Créé: 14.02.2019, 12h30

Articles en relation

Credit Suisse va payer un peu plus d'impôts

Etats-Unis Le numéro 2 bancaire suisse s'attend à devoir payer des impôts, en raison de changements attendus dans le régime fiscal américain. Plus...

Marché obligataire: Credit Suisse pointé du doigt

Union européenne La Commission européenne accuse huit grandes banques de s'être entendues pour fausser la concurrence sur le marché obligataire. Credit Suisse en ferait partie. Plus...

Les plans de liquidation d'UBS et CS approuvés

Etats-Unis Les régulateurs américains ont donné leur blanc seing aux plans de résolution de crise d'UBS et Credit Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...