Une coopérative rend les aéroports intelligents

Journée portes ouvertesSITA Group fluidifie le trafic engendré par les passagers dans plus de mille aéroports. Une mission toujours plus essentielle.

Les drones seront amenés à inspecter les avions avant qu’ils ne décollent. SITA Group en teste actuellement plusieurs versions différentes.

Les drones seront amenés à inspecter les avions avant qu’ils ne décollent. SITA Group en teste actuellement plusieurs versions différentes. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Montres connectées, drones, puces émettrices, capteurs, Google Glass. Ces objets remplissent une salle jouxtant des bureaux open space parfaitement éclairés par la lumière naturelle. EPFL? Silicon Valley? Non, SITA. Une coopérative discrète, spécialisée dans les solutions informatiques aéroportuaires, domiciliée à Genève. Elle ouvre ses portes ce lundi dans le cadre d’une opération de séduction menée par le Groupement des entreprises multinationales cette semaine, dans un contexte d’incertitudes fiscales.

La multinationale est aussi méconnue du grand public qu’essentielle pour l’aviation commerciale. Elle fournit les systèmes de télécommunications et facilite le transport des passagers, de leurs bagages et du fret, de l’enregistrement à l’appareil. Et est active dans plus de mille aéroports.

Le trafic aérien va doubler

Son rôle est toujours plus important: dans moins de vingt ans, le nombre de passagers aériens aura doublé (le constructeur Airbus estime qu’on sera 7,3 milliards à voler en 2034, l’équivalent de la population mondiale d’aujourd’hui); la flotte aérienne devrait également être multipliée par deux. De nouveaux aéroports surgiront, certes, mais le gros des troupes sera pris en charge par les plates-formes actuelles qui, comme à Cointrin, ne peuvent s’étendre faute de place.

Pour fournir des prestations à la hauteur, les technologies joueront un rôle clé. Google Glass? Elles pourraient faciliter l’embarquement des voyageurs, surtout si ces derniers ne s’identifient plus avec un passeport et une carte d’embarquement classiques mais par le biais d’un simple jeton connecté. Ce système, qui recourrait à la blockchain, une base de données décentralisée rendant impossible toute falsification de documents, est suivi de près par les chercheurs de SITA. Drones? Rien de tel pour inspecter vite et précisément un appareil avant le décollage. La multinationale réfléchit par ailleurs à un système de capteurs pour repérer les valises perdues.

Robot et géolocalisation

Un nombre grandissant d’aéroports sont équipés de capteurs pour géolocaliser les passagers et les guider, des portes d’embarquement aux toilettes. A Cointrin, Leo – un robot créé par SITA et la PME de l’EPFL BlueBotics – propose depuis le mois dernier de transporter en complète autonomie les bagages dès la sortie du parking jusqu’à l’enregistrement. Le service vise à accélérer la prise en charge tout en désengorgeant le hall d’entrée.

Le marché de l’aviation civile s’est transformé depuis 1949, quand une poignée de compagnies, dont Swissair et Air France, ont créé la coopérative pour uniformiser leur réseau de télécommunications. Désormais, ses membres se comptent en centaines, ses effectifs s’étoffent chaque année et les télécoms, qui jadis représentaient la totalité de ses affaires, en représentent moins de la moitié.

Concurrence minime

La structure subit peu de concurrence, aucune autre société n’offrant une palette de services aussi large. Les grands opérateurs, de British Telecom à AT&T, la chatouillent, mais seulement sur un pan de ses activités. A Cointrin, un concurrent gère les écrans affichant les départs et les arrivées, mais il ne traite pas des kiosques uniformisés pour le check-in. SITA s’en charge.

La coopérative propose aussi des solutions communes pour le suivi des passagers, la réconciliation des bagages et la sécurisation des frontières notamment. Le secteur aérien a intérêt à disposer d’un acteur de taille. Plus il est grand, plus il peut proposer des modèles uniformisés susceptibles d’être utilisés par toutes les compagnies. Plus fluides seront les aéroports.


Cinq «multis» jouent le jeu

Cinq multinationales ouvrent leurs portes en juin à Genève. Outre SITA, le parfumeur Givaudan, Richemont, la Clinique La Colline et le pôle scientifique Campus Biotech joueront la transparence les 6, 7, 8, 9 et 13 juin. Ces événements, organisés par le Groupement des entreprises multinationales, visent à tisser des liens avec la population, à montrer ce que font ces firmes et à exposer leurs besoins, alors que le peuple genevois sera sûrement amené à voter sur la troisième réforme de l’imposition des entreprises. Un conseiller d’Etat genevois sera présent à chaque visite. Une centaine de personnes par entreprise pourront venir. Des sociétés affichent complet, mais d’autres ont encore de la place, comme la Clinique La Colline et SITA.

Créé: 03.06.2016, 20h16

SITA Group

Fondé en 1949 à Bruxelles

Siège administratif Genève, depuis 1992

Nombre d’employés 4500, dont 340 à Genève.

La coopérative compte 410 membres, surtout des transporteurs aériens mais aussi des aéroports et des constructeurs, comme Boeing et Airbus.

Actif dans 200 pays et sert 2800 clients.

90% des vols sont assurés avec l’aide de SITA.

Chiffre d’affaires 2015 1,7 milliard de dollars.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...