Passer au contenu principal

La compétitivité numérique bouscule les anciens paradigmes

La Cour de justice de l’Union européenne a récemment décrété qu’Uber est une société de transport et que, par conséquent, elle doit être assujettie à la réglementation associée. Le fait que les juges de l’UE soient en mesure de définir les frontières du secteur des transports aussi précisément suggère que nos tribunaux (et nos hommes politiques) ne comprennent pas bien l’ampleur de la révolution numérique en cours.

Avec la technologie, les secteurs se mélangent et les modèles d’entreprise subissent des transformations radicales. Il n’est plus possible de définir un secteur au seul vu du produit ou service qu’il fournit. C’est le cas pour le secteur de la musique, de l’industrie pharmaceutique ou du sport.

Pour un pays, être «compétitif sur le plan du numérique» exige de réunir trois conditions. Tout d’abord, l’économie nécessite un panel de talents que seul l’investissement dans l’éducation peut fournir. En outre, la compétitivité numérique requiert un cadre réglementaire favorable encourageant l’innovation, les ressources financières permettant de renforcer la capacité numérique et l’infrastructure technologique nécessaire à la transformation des entreprises. Par ailleurs, la compétitivité numérique impose que les technologies numériques soient assimilées par la société (volonté de recourir à des systèmes de paiement mobiles, de l’agilité organisationnelle, intégration des technologies de l’information dans les pratiques commerciales quotidiennes).

À l’époque de la connectivité universelle, les pays qui excellent dans la compétitivité numérique sont mieux préparés à accueillir les prochaines ruptures technologiques. La réussite économique n’en est pas la garantie. Et à l’opposé : dans certaines économies émergentes, l’adoption des technologies numériques améliorera la productivité et la prospérité économique globale dans les années à venir.

Pour la Cour de justice de l’Union européenne, je dirais que la réglementation doit évoluer parallèlement à la réalité, car les anciens paradigmes ne sont plus valables.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.