Passer au contenu principal

Le Christ vendu, «il n'y a plus d'affaire Bouvier»

L'oligarque Rybolovlev a vendu pour 445 millions la toile «Salvator Mundi», au cœur de son accusation contre le marchand d'art genevois. L'avocat de ce dernier estime que la plainte ne tient plus.

Le «Salvator Mundi», œuvre de Léonard de Vinci.
Le «Salvator Mundi», œuvre de Léonard de Vinci.
Reuters

«Il n’y a plus d’affaire Bouvier, fini!» David Bitton, l’avocat coordonnant la défense du marchand d’art genevois Yves Bouvier face au milliardaire russe Dimitri Rybolovlev, sonne la charge quelques heures après la vente historique du tableau Salvator Mundi. Symbole de la bataille judiciaire à laquelle se livrent les deux hommes, la toile du maître Léonard de Vinci, propriété de l’oligarque, a été adjugée mercredi, lors d’une vente aux enchères record à New York. Prix de la transaction: 450,3 millions de dollars (445,4 millions de francs).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.