Passer au contenu principal

Le chef de Longines prend-il son désir pour réalité?

La marque légendaire appartenant au Swatch Group est-elle quatrième ou cinquième du classement?

KEYSTONE

Nous avons consolidé notre 4e position dans l’horlogerie suisse»Walter von Känel

Les patrons de l’horlogerie adorent parler de leurs montres. Et détestent évoquer la marche des affaires de manière précise. Au cours de Baselworld, Walter von Känel, qui dirige depuis près de trente ans Longines, l’une des marques phares du Swatch Group, s’est lâché: «Nous avons consolidé notre quatrième position dans l’horlogerie suisse en matière de chiffre d’affaires, derrière Rolex, Omega et Cartier.»

Le Jurassien, qui règne à Saint-Imier, a aussi confié à l’Agence télégraphique suisse que son chiffre d’affaires a légèrement fléchi en 2016, redescendant un peu en dessous de la barre de 1,5 milliard de francs, avant d’afficher son optimisme pour l’année en cours: «Nous avons mis en route assez de stock pour réaliser un exercice 2017 au-dessus de 1,5 milliard de francs.»

Mais, selon un épais rapport publié par la banque Vontobel le 21 avril dernier, Longines n’est pas quatrième, mais cinquième au sein du classement des marques suisses les plus vendues. Selon cette étude, Rolex caracole en tête avec un chiffre d’affaires de 4,7 milliards de francs, devançant Omega (1,88 milliard), Cartier (1,45 milliard), Patek Philippe (1,3 milliard) et, enfin, Longines (1,21 milliard) (voir notre graphique).

Nous avons sollicité Longines, le 28 mars puis le 11 avril dernier, pour recevoir un document appuyant ces dires. Sans réponse à ce jour, seules trois personnes dont Walter von Känel étant habilitées à s’exprimer dans les médias.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.