Passer au contenu principal

Pour des Chambres de commerce 4.0

Dans un monde globalisé, les liens tissés au sein du monde des Chambres de commerce s’avèrent clefs; véritables facilitatrices, les Chambres – celle de Genève a plus de 150 ans – voient leur valeur ajoutée paradoxalement accrue dans un environnement «désintérmédié», marqué du sceau de la digitalisation, leur rôle consistant précisément à éclairer, accompagner et soutenir les acteurs économiques, sur le plan local mais également international. Cela est d’autant plus pertinent pour une économie d’exportations telle que l’écosystème genevois, qui se nourrit de son ouverture sur le monde et se fonde sur sa capacité à former (et attirer) des talents.

La Fédération mondiale des chambres de commerce a précisément pour ambition de valoriser le savoir-faire de ses 12 000 Chambres membres, et de le faire savoir. Cette institution, dépendant de la Chambre de commerce internationale (ICC) basée à Paris, y œuvre depuis 1951 au moyen de multiples initiatives destinées à fédérer le monde des Chambres; un environnement hétérogène, qui voit cohabiter institutions privées (comme c’est le cas en Suisse) et organismes publics (à l’instar de la France, par exemple), unis autour d’une conviction: la défense et la promotion des entreprises.

En qualité de membre suisse élu au Conseil général de la fédération, j’y vois un précieux levier à activer pour les entrepreneurs genevois, qui bénéficient ainsi d’un réseau sans précédent; constitué de 30 représentants issus de diverses zones géographiques, notre conseil veille sur une réelle «famille» économique, qui réunit ses membres à intervalles réguliers, notamment lors du Congrès mondial des chambres de commerce (dont la prochaine édition aura lieu au Brésil en 2019 et que Genève pourrait accueillir à l’avenir).

En faisant œuvre de rassemblement, les Chambres de commerce offrent un contrepoids multilatéral aux tendances protectionnistes. Aux crispations identitaires, elles répondent par les vertus de la collaboration, plaidant pour un marché libre fondé sur le respect des règles de l’OMC.

L’ICC, qui dispose désormais d’une voix consultative auprès de l’Assemblée générale des Nations Unies, l’a parfaitement intégré dans la mesure où cette institution – qui soufflera sa centième bougie en 2019 – prévoit l’ouverture d’un bureau à Genève, renforçant ainsi le statut de capitale de la gouvernance mondiale et de bastion du multilatéralisme commercial de notre Cité.

À l’échelle genevoise, la CCIG ambitionne, pour sa part, de réunir en 2019 les nombreuses Chambres binationales et régionales présentes à Genève, et en Suisse, à la faveur d’une manifestation d’ampleur baptisée «Chambers’Day». L’objectif consistera à mettre en lumière le rôle de nos institutions, en rappelant qu’à l’ère de l’isolationnisme et de la transformation digitale, les Chambres incarnent l’ouverture et l’innovation qui façonnent l’esprit de Genève.

Fédérer pour mieux avancer, tel est l’objectif de la Fédération mondiale des chambres de commerce; c’est également celui de la CCIG, au service de ses membres. * Membre du Conseil général de la Fédération mondiale des chambres de commerce Citation Signature gras, signature normal

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.