Passer au contenu principal

Les cessions pèsent sur les résultats de Migros

Vu la crise provoquée par le coronavirus, le géant orange n'a émis aucune prévision pour l'exercice en cours. Le bénéfice net a reculé de 29,6%

Le chiffre d'affaires, déjà dévoilé mi-janvier, a été confirmé à 28,7 milliards de francs, en progression de 0,8% sur un an.
Le chiffre d'affaires, déjà dévoilé mi-janvier, a été confirmé à 28,7 milliards de francs, en progression de 0,8% sur un an.
Keystone

Les différentes cessions d'activités réalisées par Migros l'année dernière ont pesé sur sa rentabilité. Vu la tourmente que traverse actuellement l'économie suisse en raison de la pandémie de coronavirus, le géant orange n'a émis aucune prévision pour l'exercice en cours.

Le résultat d'exploitation (Ebit) a chuté de 69,1% à 201 millions de francs et la marge opérationnelle s'est contractée de 1,6 point de pourcentage à 0,7%. A titre de comparaison, cette marge, un important indicateur de performance, s'établissait encore à 3,3% en 2016.

Le bénéfice net a également fortement reculé de 29,6% à 335 millions, a détaillé le distributeur mardi dans son rapport annuel.

Ajusté des diverses cessions effectuées en 2019 - la chaîne de magasins de meubles Interio, le distributeur de vélos électriques m-way et la filiale de décoration d'intérieur Gries Deco (Depot) - l'Ebit a par contre progressé de 5,5% à 686 millions de francs.

Investir dans de nouvelles offres

La cession Globus n'est quant à elle intervenue qu'en février. L'enseigne de grands magasins a été vendue à l'autrichien Signa et au thaïlandais Central Group qui exploitent ensemble plusieurs magasins haut de gamme en Europe.

Migros veut désormais se réorienter vers son coeur de métier et réinvestir les produits de la vente notamment dans son réseau de proximité, l'activité sur internet et sa gamme de produits.

Le chiffre d'affaires, déjà dévoilé mi-janvier, a été confirmé à 28,7 milliards de francs, en progression de 0,8% sur un an. «Ce résultat permet au groupe Migros d'investir dans de nouvelles offres et de développer encore davantage l'expérience d'achat de ses clients tout en s'adaptant à l'évolution du marché», ont indiqué la présidente Ursula Nold et le directeur général Fabrice Zumbrunnen dans leur rapport annuel.

Approvisionnement assuré

En 2019, la coopérative avait déjà investi 1,6 milliard de francs, un montant en hausse de 3,8% comparé à 2018. Le premier employeur de Suisse comptait à la fin de l'année dernière 106'119 salariés (en moyenne annuelle), soit une baisse de 0,5% de ses effectifs.

Avec la pandémie de coronavirus et les mesures sanitaires décrétées par les autorités, notamment les restrictions de déplacement qui pénalisent fortement le commerce de détail, la direction n'a émis aucune prévision pour 2020.

Face au virus, «le personnel du groupe n'économise pas ses forces pour remplir sa mission d'approvisionnement et répondre à la demande accrue de la population», a cependant souligné la coopérative dans un communiqué.

Dans ce contexte, le groupe a aussi annulé sa traditionnelle conférence de presse annuelle qui devait se tenir à son siège à Zurich.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.