Passer au contenu principal

AlénaCanada, Etats-Unis et Mexique parlementent

A l'ouverture d'un 3e round de négociations, les trois capitales semblent loin d'un accord sur la réécriture du traité commercial.

Le 3e round de renégociations de l'accord de libre-échange nord-américain s'annonce délicat- (Image - vendredi 22 septembre 2017).
Le 3e round de renégociations de l'accord de libre-échange nord-américain s'annonce délicat- (Image - vendredi 22 septembre 2017).
Keystone

Le troisième round de renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) entre le Mexique, le Canada et les Etats-Unis a démarré samedi à Ottawa. Les discussions sont appelées à durer tant les divergences sont importantes.

Après deux précédentes séances, respectivement à Washington et à Mexico, les négociateurs ont maintenant une feuille de route plus claire, même si les Américains font monter la pression, souvent avec le recours du président Donald Trump prêt à déchirer un accord de libre-échange en vigueur depuis 23 ans.

Le Mexique et le Canada n'entendent toutefois pas céder sur des règles au seul profit de leurs concurrents américains. La ministre canadienne des affaires étrangères, Chrystia Freeland, a d'ailleurs répété qu'une modernisation de l'ALÉNA doit être un accord «gagnant, gagnant et gagnant».

Jusqu'à mercredi, les équipes d'experts vont reprendre «une série de propositions» élaborées par une vingtaine de groupes de travail lors de leur dernière rencontre à Mexico au début du mois.

«Des progrès importants»

Voulant faire bonne figure, Robert Lighthizer, représentant américain au commerce (USTR), Chrystia Freeland et Ildefonso Guajardo, ministre mexicain de l'économie avaient alors assuré avoir fait «des progrès importants».

Mais vendredi, à la veille de la reprise des discussions, le ministre américain du commerce Wilbur Ross a déploré, depuis le début de l'ALÉNA, la baisse de la part des pièces et composants d'origine américaine dans les produits manufacturés. Ce point sera sur la table particulièrement pour l'industrie automobile.

Autre motif de tension, le chapitre 19 de l'accord portant sur un comité de règlement des différends pour ce qui à trait aux droits compensatoires ou antidumping, un dispositif dont les Américains veulent se débarrasser.

Les négociations se tiennent dans un climat peu favorable aux compromis avec par exemple la plainte du constructeur d'avions Boeing, accusant son concurrent canadien Bombardier de vendre à perte son avion CSeries à la compagnie américaine Delta Air Lines.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.