Brexit: la filière de pur-sang irlandais inquiète

IrlandeLes éleveurs irlandais s'alarment du possible retour d'une frontière avec le Royaume-Uni, qui aurait un lourd impact sur leurs exportations.

Le marché du pur-sang irlandais pèse plus de 2 milliards de francs.

Le marché du pur-sang irlandais pèse plus de 2 milliards de francs. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'élevage de pur-sang constitue un des rares secteurs où l'Irlande peut légitimement truster les premières places. Mais avec le Brexit en vue, cette filière équine d'élite commence sérieusement à se faire des cheveux blancs.

C'est un secteur qui pèse plus de 1,8 milliard d'euros (presque 2,1 milliards de francs) et près de 30'000 emplois. Et qui s'interroge aujourd'hui sur l'impact qu'aura la sortie des Britanniques de l'Union européenne (UE) sur ses exportations vers la Grande-Bretagne, son principal marché. En cause: l'éventuel retour d'une frontière entre l'Irlande et le Royaume-Uni, qui risquerait de provoquer un choc pour ces deux économies imbriquées.

«Dans les campagnes, (l'élevage) est un énorme employeur. Alors tout ce qui peut le toucher est vraiment préoccupant», explique à l'AFP Harry McCalmont, propriétaire de Norelands Stud, un élevage irlandais de premier plan.

Signe de cette inquiétude, le sujet était sur toutes les lèvres la semaine dernière chez Goffs, la plus grande maison de vente de chevaux d'Irlande, où les acheteurs du monde entier ont dépensé 41 millions d'euros pour s'offrir les plus belles bêtes.

Paperasse et bureaucratie

Mais les réjouissances ont été de courte durée au regard des menaces que le Brexit fait planer sur le secteur. Pour M. McCalmont, la sortie des Britanniques du giron européen signera tout simplement l'arrêt de mort de l'accord tripartite entre l'Irlande, le Royaume-Uni et la France qui organise la libre circulation des chevaux.

Une fois le Royaume-Uni sorti du marché unique et de l'union douanière, les chevaux pourraient en effet être soumis à des contrôles de passeports, et leur transport retardé aux frontières. «Nous n'envisageons pas de changement entre l'Irlande et la France, mais le problème, c'est que nous devons traverser l'Angleterre (pour des questions logistiques). Donc s'il y a une vraie frontière, il y aura énormément de paperasse, de bureaucratie, peut-être des tarifs douaniers», souligne Harry McCalmont.

Migrations des opérations de vente

Selon des chiffres du cabinet Deloitte, l'Irlande a vendu pour 169 millions d'euros de chevaux à l'Angleterre en 2016, soit la moitié des ventes aux enchères de races irlandaises. «Si l'Irlande occupe certainement une position de leader en Europe, sa prééminence n'est pas garantie», prévient Deloitte.

Fiers de la réputation de leurs chevaux, des milliers d'amateurs irlandais font chaque année en mars le pèlerinage au «Cheltenham National Hunt Festival» pour voir les meilleurs chevaux d'Irlande affronter leurs rivaux anglais.

L'élevage «nous apporte beaucoup de prestige, nous sommes le troisième plus grand producteur de poulains pur-sang au monde», indique M. McCalmont. Mais, ajoute-t-il, avec le Brexit, l'Irlande pourrait voir certaines des «plus grandes opérations» de vente migrer au Royaume-Uni pour éviter aux acheteurs d'éventuelles taxes douanières.

Les petits éleveurs risquent de souffrir

Le patron de Goffs, Henry Beeby, dénonce, lui, un manque de clarté du gouvernement britannique quant à ses intentions sur la frontière, un dossier-clef de la première phase de négociation sur le Brexit.

«Je pense qu'il y a un sentiment général de frustration et d'irritation», lâche-t-il. «C'est la peur de l'inconnu. Personne n'aime être dans le noir», poursuit-il en songeant aux petits éleveurs, ceux qui n'ont «qu'une ou deux juments», qui risquent de «souffrir». «Les gens qui ont mené campagne en faveur du Brexit n'avaient pas vraiment de plan précis. Et je doute fort qu'ils en aient un maintenant», grince-t-il.

Henry Beeby pense que les éleveurs britanniques pâtiront eux aussi des soubresauts liés à la sortie de l'UE. «Ils ne peuvent pas seulement compter sur les poulains anglais, car ils ne produisent pas assez. Ils ont besoin d'importations, et la majorité viennent d'Irlande», note-t-il.

Moment charnière

En 2016, 9344 poulains sont nés en Irlande, contre 4663 en Grande-Bretagne. Pour John Oxx, illustre entraîneur irlandais ayant remporté deux fois le prestigieux Prix de l'Arc de Triomphe, c'est un moment charnière pour la filière.

«Nous avons assisté à des décennies de coopération de plus en plus étroite, à la simplification des règles en matière de course et d'élevage, et maintenant, nous sommes en train d'envisager la possibilité d'un retour en arrière», regrette-t-il. (ats/nxp)

Créé: 03.12.2017, 14h06

Galerie photo

Le Royaume-Uni lance le Brexit

Le Royaume-Uni lance le Brexit La Première ministre britannique Theresa May a déclenché le Brexit à la fin mars 2017 comme promis.

Articles en relation

L'Irlande refuse toute frontière avec Belfast

Brexit La question de l'instauration d'une nouvelle frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord n'est pas encore tranchée. Plus...

Brexit: un accord financier serait trouvé

Grande-Bretagne Le différend sur la «facture du divorce» représente un des obstacles majeurs à l'ouverture de la deuxième phase des négociations. Plus...

Brexit: accord en vue sur la frontière irlandaise

Grande-Bretagne L'Union européenne (UE) et le Royaume-Uni sont proches d'un accord au sujet de la frontière de l'Irlande du Nord. Plus...

Brexit: l'addition, s'il vous plaît!

Angleterre Vingt milliards d'euros, 40, 60 ? Les chiffres cités pour évaluer la facture du Brexit donnent le vertige. Explications. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...